2006-2016

Live Auction
starts: May 24, 2016 @ 02:30 PM
Hôtel Ambassador - 16 boulevard Haussmann, 75009 Paris
Available lot photos
50
Result
36,600 euros
Speciality
Other specialist areas
RECUEIL de pièces choisies rassemblées par les soins du Cosmopolite. Anconne, Ur...

RECUEIL de pièces choisies rassemblées par les soins du Cosmopolite. Anconne, Uriel Bandant, à l’enseigne de la Liberté [Véretz, en Touraine, imprimerie privée du duc d'Aiguillon et de la princesse de Conti], 1735. In-4 (234 x 166 mm), reliure-portefeuille en maroquin olive à large rabat, large dentelle droite de glands et fleurettes dorés, fleurons aux écoinçons, serrure de métal ouvragé au centre du plat supérieur, clé jointe, dentelle dorée et fermoir métallique sur le rabat, dos orné, pièce de titre de maroquin rouge, coupes ornées, dentelle intérieure dorée, tranches dorées sur marbrure (Reliure de l'époque).

Célèbre recueil de poèmes érotiques, d'une rareté proverbiale, composé des pièces les plus libres et les plus impies que l'on connût alors.

Formé par le duc d'Aiguillon et imprimé sous ses yeux, le Recueil du Cosmopolite est le seul ouvrage sorti des presses privées qu'il avait fait installer en son château de Véretz, en Touraine. Le volume a été typographié avec soin et orné sur le titre d'une vignette gravée sur bois montrant des nymphes et des priapes, laquelle est répétée sur le titre intermédiaire de la Corona di cazzi.

L'extrême rareté de l'ouvrage s'explique par la confidentialité de son tirage : il n'a été tiré qu'à un très petit nombre d'exemplaires – sept selon Lacroix, douze selon Nodier, mais plus probablement une quinzaine – réservés à la petite société aristocratique de Véretz, menée par le duc d'Aiguillon, Anne Charlotte de Crussol-Florensac, son épouse, et la princesse de Conti.

« Ce recueil infâme conservera malheureusement une certaine importance dans les bibliothèques curieuses, comme un des plus déplorables monuments de la langue et de la littérature, parce qu'il renferme un certain nombre de pièces curieuses qu'on ne trouverait pas ailleurs et qui sont comme inédites à cause de sa rareté », écrit Nodier dans le catalogue Pixerécourt (1838, n°906).

On y trouve de nombreuses autres pièces libres, contemporaines ou déjà anciennes, par Voltaire, Piron, Vergier, Chaulieu, Grécourt, Moncrif, etc., dont une traduction des Noëls ou couplets bourguignons faussement attribuée à La Monnoye, mais aussi quelques poésies italiennes et Sonnets luxurueux de l'Arétin, tels la Corona di cazzi, les Dubbii amorosi ou encore le Capitolo del forno. L'ouvrage est précédé d'une spirituelle épître dédicatoire à Madame de Miramion et d'une préface par Moncrif, l'auteur de l'Histoire des chats.

Très bel exemplaire, d'une conservation remarquable, dans une belle reliure-portefeuille en maroquin à dentelle munie d'une serrure permettant de fermer le livre à clé – condition suggestive pour ce recueil interdit dont Gabriel Peignot entendait encore, en 1810, « faire valoir combien il serait dangereux qu'il fût répandu ». Ce à quoi il ajoutait : « Heureusement, il est de la plus grande rareté, et son prix a toujours été considérable ».

Illustre exemplaire, sans doute le plus désirable en mains privées, celui du collectionneur Dominique-Martin Méon, cité par Peignot, Brunet, Gay-Lemonnyer, etc., et longuement décrit dans un article de Jean-Paul Goujon inséré récemment dans le Bulletin du bibliophile. Une notice manuscrite a été copiée au XIXe siècle sur un feuillet ajouté en tête du volume.

Des bibliothèques Méon (1803, n°1882), L.-M.-J. Duriez à Lille (1827, n°2490), du duc de Rivoli (1839, n°496), Alfred de Canolle (1844, n°308), Baudelocque (1850, n°713), Chédeau (1865, n°571), Pierre Louÿs (1918, n°281 et 1930, n°476) et Sacha Guitry (1976, n°87).
Selon Pierre Louÿs, dont quatre pages d'annotations autographes sont jointes à l'exemplaire, celui-ci proviendrait aussi des collections du duc de La Vallière et de la duchesse de Berry.

Coiffe de tête très habilement restaurée.

Brunet, IV, 1149 et Suppl., II, 417 (ex. cité) – Gay-Lemonnyer, III, 956 (ex. cité) – Peignot, Répertoire, p. 113 (ex. cité) – Pia, 1253-1254 – J.-P. Goujon, « Notes inédites de Pierre Louÿs sur le Recueil de pièces choisies... », Bulletin du bibliophile, 2006/2, pp. 314-349 (exemplaire I).

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.