Lettres et manuscrits & Bibliothèque Victor Segalen

Live Auction with pre-bidding
pre-bidding:
Live Auction : June 29, 2021 @ 02:00 PM
Vente en salle : LIBRAIRIE GIRAUD-BADIN 22 rue Guynemer 75006 Paris
Available lot photos
21
Estimation
800 - 1,000 euros
Speciality
Non précisé
Theme
autographes
BONAPARTE (Napoléon).
Lettre signée « Bonaparte » [à M. Aubéry], payeur du Trésor pour la Marine à Boulogne.

Boulogne, 17 brumaire an XII [9 novembre 1803]. 3/4 p. in-4, en-tête gravé sur cuivre « Bonaparte Ier Consul de la République » illustré d'une effigie de la République.
Ordre de paiement pour travaux dans les ports de Boulogne et d'Ambleteuse : « Vous voudrez bien chercher deux cent mille francs que le ministre du Trésor public [François Barbé-Marbois] fait venir dans votre caisse sans affectation spéciale, tenir cent mille francs à la disposition du commissaire de la Marine à Boulogne, dont cinquante mille francs seront employés aux travaux du port d'Ambleteuse et cinquante mille francs aux travaux du port de Boulogne... » Le grand projet de « descente » en Angleterre. À la rupture de la paix d'Amiens, Napoléon Bonaparte se montra fidèle à ses principes privilégiant l'action à la réaction, et il envisagea une opération de grande envergure pour porter la guerre en Angleterre même. Il organisa donc une « armée des Côtes de l'Océan » qu'il massa en trois « camps » sur le littoral faisant face à son principal ennemi : au centre, le « camp de Boulogne et de Saint-Omer », rattaché au port de Boulogne, confié au futur maréchal Soult ; au sud, le « camp de Montreuil », près du port d'Étaples, placé sous l'autorité du futur maréchal Ney ; au nord, le « camp de Bruges », d'abord organisé près de cette ville puis déplacé sous le même nom près du port d'Ambleteuse, et commandé par le futur maréchal Davout – le terme de « camp de Boulogne » désignant dans le langage courant l'ensemble du dispositif. Faute de maîtrise des mers, cette « descente » serait continuellement ajournée, jusqu'à ce que la formation de la troisième coalition (1805) conduise Napoléon Bonaparte, entre temps devenu empereur, à employer ce qu'il renomma « Grande Armée » dans sa campagne contre l'Autriche qui s'acheva victorieusement à Austerlitz. Lettre absente de la Correspondance générale.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.