Bibliothèque Berkman et les Kahnweiler d'une Collection Anglaise. Livres de Peintres, de Sculpteurs ...

Live Auction
starts: October 25, 2013 @ 02:30 PM
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Available lot photos
3
Result
35,850 euros
Speciality
Other specialist areas
APOLLINAIRE (G.) - CHIRICO (G. de).Calligrammes. Paris, Gallimard, 1930, in-4°, ...
APOLLINAIRE (G.) - CHIRICO (G. de).
Calligrammes. Paris, Gallimard, 1930, in-4°, premier plat, mosaïque de maroquin dans les tons rouges de forme ronde dans laquelle s’inscrit le nom d’Apollinaire, au centre, le titre de l’ouvrage en lettres de maroquin gris, décor se prolongeant jusqu’à la ligne médiane verticale du dos, second plat, mosaïque de maroquin dans les tons verts et havane de forme ronde dans laquelle s’inscrit le nom de l’illustrateur, au centre, le nom de l’auteur en lettres grises, doublure et gardes de daim gris, couverture et dos, chemise et étui gainés de box gris (Bonet, 1948).

Première édition illustrée. Une œuvre placée par Guillaume Apollinaire (1880-1918) au sommet de toute sa production. Suite poétique d’Alcools (1913), Calligrammes, recueil publié en 1918, contient ses plus beaux poèmes écrits entre 1912 et 1917, atteignant l’apogée du style apollinarien. Agencés par ordre plus ou moins chronologique, les textes se répartissent en 6 parties : Ondes, Étendards, Case d’Armons qui fit l’objet d’un tiré à part de 25 exemplaires, Lueurs de tirs, Obus couleur de Lune et La Tête étoilée. L’ensemble des poèmes s’accompagne d’idéogrammes surnommés par le poète « calligrammes », des combinaisons d’écriture et de dessin imaginées par le poète afin d’« ajouter de nouveaux domaines aux arts et aux lettres en général ». Apollinaire souhaita rivaliser avec les artistes, intention manifeste au vu d’une plaquette de 1914, qui ne put voir le jour, rassemblant ses premiers textes calligrammatiques, qu’il titra Et moi aussi je suis peintre. Apollinaire, le défenseur le plus ardent de l’artiste. Auteur de nombreux articles élogieux à son sujet et particulièrement sensible à son esthétisme où « l’étrangeté des énigmes plastiques [...] échappe encore au plus grand nombre », il considérait Giorgio de Chirico (1888-1978) comme l’un des peintres les plus remarquables de sa génération. Ainsi, les deux hommes entretinrent une sincère relation d’amitié jusqu’à la mort prématurée du poète. Apollinaire possédait trois toiles de l’artiste ; l’une d’elles, son portrait peint en 1914 et gravé sur bois par Pierre Roy afin de figurer en frontispice de Et moi aussi je suis peintre, se révéla prémonitoire, Chirico avait dessiné un demi-cercle blanc au-dessus de l’œil gauche, zone précise où le poète recevra quelques années plus tard un éclat d’obus durant la Grande Guerre. Apollinaire lui dédia un poème, Océan de terre, publié dans Calligrammes. 68 lithographies originales en noir de Giorgio de Chirico, dont deux répétées. Réalisé en 1929 pendant sa période de maturité, ce cycle iconographique représentatif de sa peinture dite métaphysique, propose une imagerie nouvelle qui enrichira l’art des surréalistes. Donnant à ces illustrations une impression d’apaisement, cette orientation esthétique contraste avec les poèmes qui expriment par moments les douloureuses expériences de la guerre, faisant par ce jeu d’équilibre un exemple réussi de livre de dialogue. Sur l’exemplaire de René Gaffé, le peintre explique les sources de son inspiration : « ... J’ai suivi un souvenir qui me conduisait aux années 1913 et 1914 ; je venais de connaître Apollinaire. Je lisais ses poèmes où il est souvent question d’étoiles, de lunes… en même temps je pensais à l’Italie et à ses villes et à ses ruines ; étoiles et soleils émigrés sur la terre ; éteints dans le ciel, rallumés dans les maisons ; ruines et portiques… voici la source de mon inspiration. » L’un des 88 exemplaires sur papier de Chine, signé par l’artiste. Est relié avec : Le prospectus de parution et deux lithographies tirées sur japon. Paul Bonet et Guillaume Apollinaire, deux noms indissociables. Le praticien organisa son travail selon des séries, Calligrammes, la première de ces grandes familles, qui par son utilisation de la lettre, marque une date importante dans l’histoire de la reliure. Apollinaire reste l’écrivain dont Bonet a le plus relié de livres. Ici le mouvement tournant du décor par la lettre amplifié par la technique de la mosaïque et l’alternance de couleur entre les plats est incontestablement une réussite. C’est l’une des meilleures productions de Bonet pour cet ouvrage. Édition limitée à 100 exemplaires. Dimensions : 323 x 242 mm. Provenance : Major J. R. Abbey (Cat. V, 1970, n° 2558).
Pléiade, Apollinaire-Œuvres poétiques, pp. 1074-1078, 1192-1193 (« Cette édition “monumentale”... ») ; Rauch, Les Peintres et le livre, 159 ; Victoria & Albert Museum, From Manet to Hockney, n° 84 ; Castleman, A century of artists books, p. 180 ; Yves Peyré, Peinture et poésie, 2001, p. 128 ; Laffont-Bompiani, Le Nouveau Dictionnaire des œuvres, 1994, I, p. 117, p. 817 (« La nouveauté formelle de Calligrammes est encore supérieure à celle d’Alcools. ») ; Julia Hartwig, Apollinaire, 1972, p. 88, p. 164, pp. 271-272 ; Michel Décaudin, Guillaume Apollinaire, 1986, p. 169 ; Robert Flynn Johnson, Artist’s Books in the Modern Era 1870-2000, 2001, p. 180 ; A. Biro, Dictionnaire général des surréalistes, 1982, p. 120 ; Bibliothèque nationale, Apollinaire, 1969, pp. 114-115, p. 155 ; […], Paul Bonet, Carnets, 1924-1971, n° 856 (L’aspect frustre et brutal de cette reliure est celui que je voulais ; c’est parmi mes Calligrammes un de ceux que je préfère ») avec reproduction.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.