Bibliothèque Berkman et les Kahnweiler d'une Collection Anglaise. Livres de Peintres, de Sculpteurs ...

vendredi 25 octobre 2013 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
45
Résultat
95,000 euros
Specialité
Livres illustrés modernes & reliures originales
JACOB (M.) - PICASSO (P.).Saint-Matorel. Paris, Kahnweiler, [1911],in-4°, maroqu...

JACOB (M.) - PICASSO (P.).
Saint-Matorel. Paris, Kahnweiler, [1911],in-4°, maroquin noir janséniste, dos lisse orné du titre en long, doublure et gardes de daim vert, couverture et dos, tranches dorées sur témoins, étui bordé de même maroquin (Lucie Weill).

ÉDITION ORIGINALE, dédiée à Guillaume Apollinaire. Le premier livre de Max Jacob (1876-1944).
Récit de prose poétique conduit de manière burlesque et débridée mais empreint de mysticisme, Saint-Matorel est le premier volet d’une trilogie narrant la quête initiatique d’une sorte de Hamlet qui mourra dans un monastère frappé par la grâce divine. L’auteur revisite ainsi, par le biais de l’écriture, sa propre expérience mystique, autour d’une vision christique éprouvée le 22 septembre 1909 rue Ravignan, qui l’amena progressivement à se convertir au christianisme. Très singulière, cette œuvre de jeunesse en forme d’autoportrait littéraire contribua aussi à l’éclosion de la prose poétique, notamment initiée par le célèbre Gaspard de la nuit d’Aloysius Bertrand, par Baudelaire et Valery Larbaud. Première illustration cubiste de Picasso (1881-1973), formée de 4 eaux-fortes. Picasso réalisa un ensemble de dessins durant l’été 1910 à Cadaquès, travaillant sur le thème de la figure humaine et la notion de discontinuité. Kahnweiler en retint quatre à la manière analytique : Mademoiselle Léonie, La Table, Mademoiselle Léonie sur une chaise longue et Le Couvent. Bien que le rapport de l’illustration au texte soit relativement lâche, elle s’ajuste néanmoins parfaitement à la liberté du poète. L’un des 15 premiers exemplaires sur papier ancien du Japon, des Manufactures de Shidzucka, tirage réservé aux initiés. Il est signé par Max Jacob et Picasso. Une reliure d’esprit monacal de Lucie Weill. Judicieusement, cette dernière a choisi un décor janséniste alors que bon nombre de ses contemporains ont livré des reliures au décor luxuriant totalement inadapté à l’esprit du texte. Son travail est à rapprocher de celui que G. Huser réalisa pour Jacques Guérin sur un exemplaire également sur japon. Le monogramme [DPL] frappé sur la doublure est celui de Denise et Pierre Lévy, très certainement les commanditaires de la reliure. Elle exerça de 1930 à 1978. Édition limitée à 106 exemplaires. Dimensions : 262 x 195 mm. Provenance : Pierre (1907-2002) et Denise Lévy (Cat., 2007, n° 194, exp. D. Courvoisier : « quelques rousseurs et piqûres sur les tranches »).
Esprits éclectiques, les Lévy surent s’ouvrir aux différents domaines qu’offre le monde de la collection depuis les arts premiers jusqu’à la bibliophilie. Initiés dans leur quête par le maître-verrier Maurice Marinot, c’est avec lui que nous avons appris, non seulement à regarder les œuvres d’art, mais à vivre avec elles, ils léguèrent à l’état une grande partie de leur collection en 1976 ainsi que les archives qu’ils avaient réunies autour du processus de création chez l’artiste ; collection anglaise. Cramer, Pablo Picasso, Les livres illustrés, n° 2 ; Geiser-Baer, I, 23 à 26 ; Hugues, 50 ans d’édition de D. H. Kahnweiler, p. 2 ; D. G. Netter, Max Jacob, Correspondances : les amitiés et les amours, 3 vol., pp. 227-229 ; […], Max Jacob et Picasso, Quimper, Musée des Beaux-Arts, p. 85 ; R. Guette, La vie de Max Jacob, pp. 118-119.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.