Bibliothèque d'Architecture d'un Amateur, de Vitruve à Ledoux

Live Auction
starts: March 6, 2014 @ 03:00 PM
Hôtel Meurice - Salon Pompadour - 228 rue de Rivoli - 75001 Paris
Available lot photos
87
Result
26,250 euros
Speciality
Other specialist areas
[PATTE (P.)] – BARLTELOT (J.). Recueil de plans de théâtres. [Circa 1750], in-fo...

[PATTE (P.)] – BARLTELOT (J.). Recueil de plans de théâtres. [Circa 1750], in-folio, veau marbré, dentelle dorée autour des plats, fleur de lys en angle, dos à nerfs orné, tranches dorées (Padeloup). Intéressant recueil alternant 20 plans manuscrits aquarellés, parfois légendés, et 16 plans gravés, dus à l’architecte Pierre Patte (1723-1814) ainsi qu’à d’autres dessinateurs, parmi lesquels Jean Barltelot, dessinateur français, qui fut pensionnaire à Rome, non répertorié jusqu’ici. L’intérêt de ce type de recueils est qu’ils illustrent bien l’influence italienne sur la réflexion et la refonte des salles de spectacle en France au XVIIIe siècle. Parmi les théâtres dont ce recueil présente des dessins (coupes, élévations, plans…), signalons ceux de Mantoue, d’Argentine (à Rome), d’Alibert (idem), de Naples. Quant aux gravures, elles figurent ceux de Vicence, Parme et Turin. Les seuls théâtres français qui soient présents sont l’Opéra-comique de la Foire Saint-Laurent (Paris) et le théâtre de Metz. Rappelons que Pierre Patte réalisa un relevé du théâtre de la Foire Saint-Laurent, qui servit à Grenoble à la transformation du jeu de paume de Lesdiguières en théâtre (v. n° 88). Architecte et théoricien, élève de Germain Boffrand, Pierre Patte effectua des travaux à Grenoble (Grenier d’abondance, 1758) et à Paris (hôtel de Charost, hôtel de Deux-Ponts…). Protégé du duc de Deux-Ponts, il construisit pour lui le château de Jaegersburg et le pavillon de chasse de Petershem, inspiré du Grand Trianon de Versailles (v. Bauchal, 1887, p. 706 et Gallet, 1995, pp. 392-400). Pierre Patte s’intéressa, en théoricien et en polémiste, à l’architecture des théâtres modernes et des salles de spectacle. On peut ainsi citer son Essai sur l’architecture théâtrale, ou de l’ordonnance la plus avantageuse à une salle de spectacles, relativement aux principes de l’optique et de l’acoustique (Paris, 1782). De même, il publia à Paris, en 1780, une Description du théâtre de la ville de Vicence en Italie. Sur le terrain, Pierre Patte semble avoir participé pleinement à la réflexion et au recensement des théâtres existants, notamment en Italie, où il fut envoyé par Louis XV en 1750 pour recenser et faire le relevé des théâtres italiens (v. Gallet, ibid., pp. 392 et 398-399). Il rappelle lui-même les circonstances de ce voyage : « […] et le changement dans l’ordonnance de la distribution de nos salles de spectacle a pour époque l’érection du magnifique théâtre dans le château de Versailles. Les premiers gentilshommes de la chambre, chargés par Louis XV d’ordonner son exécution, voulant ne rien négliger pour son succès, jugèrent devoir envoyer en 1750, deux dessinateurs en Italie pour se procurer les plans de ses principaux théâtres, qui passaient alors pour des modèles en ce genre. Ayant eu l’honneur d’être l’un des deux chargés de cette commission, relativement aux études particulières que je suis trouvé à même de faire à ce sujet, j’ai publié des observations sur ce qui doit constituer en général la composition de ces sortes d’ouvrages, sous le titre d’Essai sur l’architecture théâtrale… Mon objet est de prouver que le plan d’un théâtre ne saurait être arbitraire… » (Énumération des ouvrages de P. Patte, pp. 5-6). Il est probable que ce recueil ait été compilé à l’occasion de ce voyage. Les croquis, plans et élévations, ainsi que les gravures rapportées, avaient pu permettre à l’architecte, une fois revenu, de faire des propositions de transformation ou de construction de salles de spectacle en France. Ils l’aidèrent aussi à rédiger son Essai sur l’architecture théâtrale… (1782). Ce livre de synthèse consacre des articles (« Examen des principaux théâtres ») et des planches aux théâtres de Vicence, de Parme, de Naples, de Turin et à celui d’Argentine à Rome, tous inclus dans le présent recueil. Si celui-ci semble avoir été constitué par Pierre Patte, ou tout au moins sous sa direction, certains dessins ont été levés par Jean Barltelot. Ainsi, deux dessins du théâtre d’Argentine (ff. 11 et 13), dont une note dit « Ce théâtre est le plus estimé de tous par rapport à sa forme, l’on entend bien les acteurs. La voix ne se perd point » sont signés « Jean Barltelot peintre et décorateur et ancien pensionaire du Roy en son Académie de Rome ». Jean Barltelot manque à tous les recensements publiés des anciens pensionnaires de l’Académie de France à Rome. Est joint : Un document manuscrit intitulé, « Explication de ce qui est tracé sur les onze tableaux représentant le plan du théâtre royal de Turin, ouvert sur la fin de l’année 1740 ». 10 ff. (dont 2 blancs), à l’encre brune. Dimensions : 634 x 490 mm. Patte (P.), Énumération des ouvrages de P. Patte, architecte, adressé aux différens membres de l’Institut national des Sciences et des Arts, s. l. n. d. (vers 1802) ; Bauchal, Nouveau Dictionnaire… des architectes français, Paris, 1887, p. 706 ; Gallet (M.), Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle, 1995, pp. 392-400.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.