Bibliothèque d'Architecture d'un Amateur, de Vitruve à Ledoux

jeudi 6 mars 2014 à 15h00
Hôtel Meurice - Salon Pompadour - 228 rue de Rivoli - 75001 Paris
Images du lot disponibles
6
Résultat
160,810 euros
Specialité
Autres thèmes
VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). De architectura libri decem… Côme, Gotta...

VITRUVE (Marcus Vitruvius Pollio, dit). De architectura libri decem… Côme, Gottardo da Ponte, 15 juillet 1521, in-folio de 192 ff. sign. Π8, A-Z8, veau brun sur ais de bois, plats ornés d’un grand décor estampé à froid, avec roulettes et filets d’encadrement, 4 fers argentés (oxydés) dont l’un à décor de feuillage répétés sur les plats, dos à nerfs orné, tranches lisses, fermoirs de laiton (reliure germanique de l’époque). PREMIÈRE ÉDITION en langue vernaculaire, l’italien. À l’initiative de Cesare Caesarino (1478-1543), peintre et architecte milanais, élève de Bramante, et avec le soutien financier de deux mécènes, Augustino Gallo et Aloysio Pirovano, ce projet d’édition devait voir le jour à Milan. L’arrivée des Français dans cette ville, ainsi que la brouille entre Caesarino, ses collaborateurs et les mécènes, firent que l’ouvrage fut imprimé à Côme, en 1521. Le texte de Vitruve, dans la traduction de B. Mauro da Bergamo et B. Jovio da Camasco, occupe en gros caractères le centre de la page ; les commentaires de Caesarino, qui s’arrêtent au chapitre VI, sont imprimés autour, dans un caractère plus petit. Les 117 gravures sur bois, qui forment l’iconographie, marquent, selon Roland Recht, un moment essentiel dans l’architecture occidentale : une théorie architecturale, vieille de quinze siècles, reçoit des formes enfin visibles. Elle rompt avec la conception et le rendu des illustrations de 1511, qui peuvent paraître sommaires. Ces 117 bois alternativement imprimés sur fond noir et blanc, sont considérés comme des modèles ; ils furent exécutés d’après les dessins de Caesarino, Massimo Bono Mauro et Benedetto Giovio (1471-1545). Superbe exemplaire, à belles marges (quelques traces de témoin), dans sa première reliure. L’auteur de la notice du catalogue Pfeiffer précise que « la reliure estampée à froid montre de riches ornements décoratifs et figurés, des portraits-médaillons de rois, parmi lesquels Maximilien Ier [du Saint-Empire (1459-1519)], entre des trophées, l’aigle de Nuremberg, etc. » Il indique en outre que « l'ex-libris collé Chr. Andr. von Imhof attire l'attention sur la reliure qui pourrait être un travail nurembergeois. » Intérieurement très bien conservé, le dos reste fragile. Le feuillet d’errata Z8 et le titre courant sont en premier état (« tuta lopera »). Ff. G6 et Y7 légèrement brunis. Dimensions : 431 x 296 mm. Provenances : cote de bibliothèque (« 6 ») en tête de la tranche de gouttière ; Christoph Andreas Imhof, à Helmstadt, avec son ex-libris du XVIIIe siècle ; Alfred Ritter von Pfeiffer (Cat. I , Leipzig, 4-6 mai 1914, n° 696, « magnifique édition de Vitruve, dont les exemplaires bien conservés sont de la plus grande rareté »), avec son ex-libris armorié du XIXe siècle et ce qui pourrait être sa cote de rangement accompagnée de son chiffre [AP] couronné ; Pierre Berès (Cat. IV, Le Cabinet des livres, 2006, n° 7). BAL, IV, 3519, pour un ex. en veau du XVIIIe siècle, d’une hauteur de 420 mm ; Fowler & Baer, 395, pour un ex. en vélin ancien, d’une hauteur de 415 mm ; Cicognara, 698 ; Millard, IV, 158, pour un ex. en veau moderne, 399 x 265 mm ; Mortimer, II, 544.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.