Bibliothèque du Vicomte Couppel du Lude

lundi 23 novembre 2009 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
10
Résultat
8,400 euros
Specialité
Autres thèmes
FROISSART (Jean).Le Premier volume de l'histoire et cronique de Messire Iehan Fr...
FROISSART (Jean).
Le Premier volume de l'histoire et cronique de Messire Iehan Froissart.
Lyon, Jean de Tournes, 1559.
In-folio, veau havane, triple filet dont un écarté, riche composition de filets dorés dessinant volutes et rinceaux sertis de fers feuillagés azurés, au centre armoiries polychromes dans un cartouche de forme ovale obtenu par un double filet entouré de lobes et girons semi-gironnants sur un fond criblé d'or, dos orné de filets et petits points posés par trois, traces d'attaches, tranches dorées (Reliure de l'époque).

Cartier, II, 441.
Premier volume seul, sur quatre, de cette monumentale édition imprimée par Jean de Tournes entre 1559 et 1561.
Le texte de cette célèbre chronique de Jean Froissart (1337 ? - après 1404) fut établi par Denis Sauvage, et il est supérieur à celui de toutes les éditions antérieures.
Un des chefs-d'oeuvre de Jean de Tournes et l'un des fleurons de la typographie française de la Renaissance.
SUPERBE ET SÉDUISANTE RELIURE AUX ARMES DE EMMANUEL-PHILIBERT, DUC DE SAVOIE (1528-1580), SORTIE DE L'ATELIER DU RELIEUR ET DOREUR ROYAL CLAUDE DE PICQUES.
Le duc de Savoie épousa Marguerite, duchesse de Berri (1523-1574), fille de François Ier et petite-fille de Louis XII et d'Anne de Bretagne.
Relieur, doreur et libraire, Claude de Picques (vers 1510-1574/1578), dont l'activité est documentée dès 1539, travailla pour Catherine de Médicis après 1550 et, à partir de 1556, pour le roi Henri II, période qui connaîtra l'apogée de la reliure française de la Renaissance.
Claude de Picques mit aussi son talent au service des rois François II et Charles IX.
Successeur de Gomar Estienne dans la charge de relieur du roi en 1556, il fut actif jusqu'en 1574 au plus tôt, et au plus tard jusqu'au début de 1578, date à partir de laquelle Nicolas Eve apparaît signalé comme relieur du roi.
Outre sa grande harmonie ornementale, cette élégante reliure conserve beaucoup de son premier éclat.
Les fers, d'une riche variété de formes et savamment disposés, forment un lacis transparent et aéré, soutenu par un réseau des plus réussis déployant avec aisance toute la beauté de la composition.
Les fers qui ornent notre reliure (Nixon, Grolier, pl. E, nos 47, 54b, 55a et b, et 57 ; pl. F, nos 67a, 71a et 72), largement utilisés par Claude de Picques tout au long de sa carrière, ont été relevés par Nixon sur de nombreuses reliures que cet artiste réalisa pour Jean Grolier.
Certains de ces fers se trouvent sur des reliures exécutées par C. de Picques pour Marcus Fugger et Marc Laurin ou Lauweryn.
Les gueules et le blanc des armoiries en partie effacés.
Collier de l'Annonciade autour des armoiries en grande partie dédoré.
Quelques habiles et légères restaurations aux charnières, coins et plats.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.