Bibliothèque du Vicomte Couppel du Lude

lundi 23 novembre 2009 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
13
Résultat
48,000 euros
Specialité
Autres thèmes
HEURES SELON L'USAGE DE CHARTRES. - Chartres, fin XVe siècle.Parchemin. 165 ff.,...
HEURES SELON L'USAGE DE CHARTRES. - Chartres, fin XVe siècle.

Parchemin. 165 ff., 202 x 138 mm (justification : 112 x 72 mm). 17 longues lignes par page.
Réglure à l'encre rouge.
Composition.
La reliure est trop serrée pour autoriser un compte absolument sûr de la composition des cahiers.
On notera que les f. 144v°145, sur lesquels rien n'a été écrit, ont été réglés et jouissent, comme toutes les pages du manuscrit, d'une bordure peinte dans la marge extérieure : il est donc probable que les bordures ont été peintes avant la copie du texte.
Reliure veau fauve, plats ornés de compartiments entrelacés, de coquilles et de fleurons azurés, os orné, tranches dorées.
Il subsiste encore quelques traces d'une cire qui rehaussait primitivement quelques entrelacs (Reliure vers le milieu du XVIe siècle).
Le contenu. f. 1-12v° : Calendrier (en français), selon l'usage de Chartres ; f. 13-17 Les évangiles. ; f. 17-22 : Prières à la Vierge.
Obsecro te. - O intemerata ; f. 22v° : Blanc ; f. 23-72 : Heures de la Vierge selon l'usage de Chartres : Matine (f. 23-38). - Laudes (f. 38-48). - Prime (f. 48v°-53v°). - Tierce (f. 54-57v°). - Sexte (f. 58-61). - None (f. 61v°-64v°). - Vêpres (f. 65-68). - Complie (f. 68-72). ; f. 72v° : Blanc ; f. 73-88 : Psaumes de la pénitence. - Litanies (f. 83-88). ; f. 88v° : Blanc ; f. 89-114v° : Office des morts selon l'usage de Chartres ; f. 115-117 : De la Sainte Trinité. - Oraison a dieu le pere. - Oraison a dieu le filz. - Oraison au saint esprit ; f. 117-119 : Devote contemplacion à la benoiste vierge Marie estant et plorant son fils aupres de la croiz.
Stabat mater dolorosa ; f.119-122v° : Ensuyvent les salutations de la benoiste vierge Marie mere de dieu… Ave regina celorum ; f. 123-133 : Oraison tres devote.
Ave rosa ; f. 133v°-138v° : Les quinze joyes Nostre Dame.
Doulce Dame de misericorde ; f. 139-140 : Oraison a nostre seigneur et a la glorieuse mere ; f. 140v°-143 : Les sept peticions a nostre seigneur.
Doulx dieu, doulx pere ; f. 143v°-144 : Oraison de la benoiste croix ; f. 144v°-145 : Pas de texte, mais présence de la réglure et des bordures ; f. 145v°-154 : Suffrages : De sainct Michel (f. 146r°v°). - De saint Jehan Baptiste (f. 146v°). - De saincte Jehan l'evangeliste (f. 146v°-147). - De sainct Pierre et sainct Paul (f. 147r°v°). - De sainct Thomas (f. 147v°-148). - De tous apostres (f. 148). - De sainct Estienne (f. 148r°v°). - De saincte Sebastien (f. 148v°-149v°). - De saint Crespin et saint Crespinien (f. 149v°-150). - De plusieurs martirs (f. 150r°v°). - De sainct Nicolas (f. 150v°). - De tous les saincts (f. 150v°-151). - De saincte Anne (f. 151r°v°). - De saincte Marie Magdalene (f. 151v°-152). - De saincte Katherine (f. 152). - De saincte Barbe (f. 152v°-153). - De madame saincte Marguerite (f. 153r°v°). - De saincte Appoline (f. 153v°-154) ; f. 154v°-157v° : Les sept vers sainct Bernard.
O bone Jhesu.
Illumina oculos meos ; f. 157v°-158v° : Louenge a nostre seigneur par David.
Confitemini Domino ; f. 159-160 : Les sept vers sainct Gregoire.
O Domine Iesu Christe, adoro te. ; f. 160v°-162 : Oraisons a notre seigneur. ; f. 162v°-164 : Ensuyvent les anthiennes qui se dient a l'honneur de Nostre Dame… Alma redemptoris mater ; f. 164-165 : Pour les amys trespasses.
Avete omnes anime fideles ; f. 165r°v° : De sainct Christofle.
Ce livre d'Heures est à l'usage de Chartres.
On relève au calendrier, le 17 octobre : La dédication de léglise de Ch[artres].
La liturgie des Heures et de l'Office des morts sont également chartraines.
Dans les litanies des Psaumes de la pénitence, on relève des suites bien chartraines : … Hilaire, Aniane, Gatien, Cyprien, Julien, Lubin, Fiacre, etc. Yves, Gilles, Loup, etc. Hubert, Aubin, … Agathe, Geneviève, Agnès, … Brigitte, Sophie… Les suffrages sont donc conformes : Michel, Jean-Baptiste, Jean l'évangéliste, Pierre et Paul, Thomas, Tous les apôtres, Étienne, Sébastien, Crespin et Crespinien, Plusieurs martyrs, Nicolas, Tous les saints, Anne, Marie-Madeleine, Catherine, Barbe, Marguerite, Apolline et Christophe.
Nous avons donc là un manuscrit parfaitement homogène du point de vue liturgique.
La peinture.
Ce manuscrit a été exécuté dans le diocèse de Chartres par des artistes locaux, mais l'influence parisienne y est sensible, notamment dans le traitement des bordures. 14 grandes peintures marquent le début des grandes sections du manuscrit.
De larges bordures encadrent ces miniatures ; elles couvrent aussi la marge extérieure de toutes les pages.
Elles se composent de feuillages, de fleurs et de fruits, où apparaissent des insectes, des oiseaux et des grotesques. 1. f. 23 : L'Annonciation ; 2. f. 38 : La Visitation ; 3. f. 48v° : La Nativité ; 4. f. 54 : L'Annonce aux bergers ; 5. f. 58 : L'Adoration des mages ; 6. f. 61v° : La Présentation au Temple ; 7. f. 65 : La Fuite en Égypte ; 8. f. 73 : David et Goliath ; 9. f. 89 : Job ; 10. f. 115 : La Trinité ; 11. f. 123 : l'Assomption ; 12. f. 132v° : La Vierge et l'Enfant ; 13. f. 144 : Le Portement de croix, et les instruments de la Passion ; 14. f. 145v° : Saint-Michel.
Au moins deux artistes ont travaillé à la décoration de ce manuscrit.
Le premier est l'auteur des peintures 1, puis 3 à 10, et il est possible aussi qu'il ait coloré la gravure sur bois collée en tête de l'Oraison tres devote à dire chacun, Ave Rosa.
C'est un artiste dont la principale qualité est sans doute la peinture des personnages ; visage, pose, habit.
Si les visages n'ont guère de caractère, ils n'en demeurent pas moins beaux.
Sa palette est sans surprise : le bleu y domine avec un rouge profond systématiquement rehaussé de hachures à l'or.
Le traitement de l'illustration qui introduit les Psaumes de la pénitence et l'Office des morts mérite attention.
Le choix du thème de David et Goliath (f. 73) n'a rien d'exceptionnel, si ce n'est de le trouver ici dans un manuscrit très provincial : devant les armées rassemblées, un jeune David blond, à l'allure paysanne, brandit la fronde avec laquelle il vient de blesser mortellement un Goliath casqué et armé qui, au premier plan, s'écroule.
L'Office des morts est introduit par une peinture de Job (f. 89), couvert de pustules, assis sur un tas de fumier, recevant ses trois amis, vêtus d'habits de couleurs vives, qui viennent le consoler.
Le second artiste est l'auteur des peintures 2, puis 11 à 14.
C'est un peintre et dessinateur peu adroit ; son inspiration n'est pas sans naïveté, donc intéressante, ce qui est sensible notamment dans ses deux dernières peintures (f. 144 et 145v°) dont le traitement échappe en partie aux conventions.
Le texte des Heures de la Vierge commence par une grande initiale (4 lignes de hauteur) ; les autres parties sont introduites par une initiale de plus petite dimension (3 lignes) ; le même type d'initiales est parfois utilisé au début de certains psaumes et certaines oraisons.
Toutes sont peintes sur fond or, et ornées en leur centre d'une fleur.
Il existe encore deux types d'initiales d'un module plus petit : l'un (2 lignes de hauteur) est peint en bleu rehaussé de blanc sur fond or ; il est utilisé au début des prières, des psaumes et des oraisons ; l'autre (une ligne de hauteur) est peint à l'or sur fond bleu et lie-de-vin ; il est utilisé au début des versets.
Le reste de la décoration consiste en bouts de ligne et rubriques.

Provenance.
• Armes peintes : De gueules au lion d'argent tenant un croissant de même (dans la bordure du f. 38v°).
• Catherine Jubin, de Brou (Eure-et-Loire), troisième quart du XVIe siècle (?) : « Ces presentes heures appartiens a Caterinne Jubin de Bray, fille de … » (f. A). - « Catherine Jubin de Brou / Jehan Jubin » (f. A). - « Caterine Jubin » (contreplat sup.). - « Catherine Jubin / M. Bray » (f. Bv°). - Prière à la « Mère du Rédempteur » signée : « Bray / C. Jubin / 1576 » (f. Bv°).
• Famille de Malezieu (à partir de 1576) : « Ces presentes heures appartiennent a Michel de Malzieu, escuyer, sieur de Bray.
Ceux qui les trouveront les luy rendent et se payra bien, le jour de saint Lubin [= 14 mars] l'annee mil cinq cent septante et six.
[Signé :] Michel de Malezieu.» (f. Bv°). - « Ce livre appartient a moy Nicolas de Malzieu. 1661 » (f. A).
Note. Il est possible qu'il s'agisse ici, en effet, de l'académicien Nicolas de Malezieu (1650 - 1727), ou de son père.
L'académicien porte le prénom de son père, Nicolas de Malezieu, écuyer et seigneur de Bray.
L'académicien, Nicolas de Malezieu, écuyer et seigneur de Châtenay [Malabry], est né à Paris en 1650 ; il fut élu à l'Académie française en 1701.
Son éloge funèbre fut écrit par Fontenelle.
Son blason : D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de 2 lis de jardin du même et en pointe d'un lion aussi d'or (H. Jougla de Morenas , Grand armorial de France, n° 22576).
• Paris, Vente Belin, février 1936, n° 7.

Bibliographie.
B. Le Bouyer de Fontenele, « Éloge de M. de Malézieu », dans Histoire de l'Académie royale des Sciences, 1727 (Paris, 1729), p. 145-151. - Voir aussi C.F. Lambert , Histoire littéraire du règne de Louis XIV, volume 2 (Paris, 1751), p. 137 ; Dictionnaire historique, littéraire et critique contenant une idée abrégée de la vie et des ouvrages des hommes illustres…, t. IV (Avignon, 1759), p. 307-308.
Manuscrit bien localisé, superbement relié, dans un bel état de conservation.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.