Bibliothèque du Vicomte Couppel du Lude

lundi 23 novembre 2009 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
29
Estimation
10,000 - 12,000 euros
Specialité
Autres thèmes
VIVALDI (Agostino).Meditationi sopra li Evangelii che tutto l'anno si leggono ne...
VIVALDI (Agostino).
Meditationi sopra li Evangelii che tutto l'anno si leggono nella messa, & principali misterij della vita, & passione di Nostro Signore.
Rome, Luigi Zannetti, 1599.
In-folio, maroquin rouge, large bordure en entredeux et fleurons aux angles, plats couverts d'une importante composition de compartiments dessinés par des listels droits et courbes renfermant des coupeaux, termes, rinceaux et volutes feuillagés, fers azurés et petits fers, ovale central à réserve obtenu par des doubles filets sertis de points, dos lisse orné, caissons avec fleurons et petits fers, tranches dorées et ciselées (Reliure de l'époque).

Sommervogel, VIII, 866.
Édition originale de cet ouvrage du père A. Vivaldi (1565-1641), pendant de celui du père Jérôme Nadal dont il reprend toute la célèbre suite de planches, parues à Anvers en 1593.
Magnifique ouvrage, véritable monument de la gravure maniériste flamande du XVIe siècle, dont la première idée de réalisation revient à saint Ignace de Loyola, qui dès 1555 a encouragé vivement le père jésuite de Palma, Jérôme Nadal, pour lors à Rome, à rédiger un Évangile commenté et illustré.
Le père Nadal, théologien chevronné, prit part à la Confession d'Augsbourg et au Concile de Trente, et contribua avec saint Ignace à la rédaction des constitutions de la Compagnie de Jésus.
Notre ouvrage, commencé en quelque sorte par saint Ignace, continué et presque conclu par le père Nadal, fut achevé par Jacobus Ximenez.
L'Évangile est présenté de manière didactique, avec morceaux choisis, accompagnés de commentaires.
Plantin, vers la fin de sa vie, en 1585 voulut trouver à Anvers des graveurs susceptibles de mener à terme cet important travail.
Il s'adressa à Goltzius, à Galle et aux Sadeler, mais ces graveurs ne travaillaient pas pour le compte d'autrui et demandaient des prix exorbitants.
Plantin trouva enfin un accord avec les frères Wierix, “ desbauchés en lieux publiquement deshonnestes, jusques à laisser outre cela engager leurs hardes et habillements ” (Plantin), pour graver les dessins originaux commandés par J. Ximenez à Bernardino Passeri de Rome, qui ont été corrigés par le maniériste anversois Martin de Vos (1532-1603).
Après de nombreux déboires, la suite d'estampes parut en 1593, sous le titre d'Evangelicae historiae imagines, avec une seconde page portant un nouveau titre qui allait devenir définitif.
Une seconde édition fut publiée en 1596.
À la fin de l'année 1605, les planches de cet ouvrage furent vendues par le recteur du Collège des Jésuites d'Anvers, Carolus Scibanius, à Jean II Moretus et à son beau-frère Théodore Galle qui donnèrent ensuite une troisième édition.
L'illustration comprend un titre-frontispice et 153 magnifiques planches hors-texte en grande partie gravées par Hieronymus, Iohan et Anton Wierix, et quelques-unes par Iohan et Adriaen Collaert, et Charles de Mallery, beau-fils de Philippe Galle, d'après les dessins de Bernard Passeri.
RELIURE ROMAINE D'UNE TRÈS ÉLÉGANTE COMPOSITION DE COMPARTIMENTS ORGANISÉS AUTOUR D'UN CARTOUCHE CENTRAL VIDE, DONT LE RÉSEAU ÉVOQUE LES FANFARES.
Hobson, qui consacre un court chapitre aux imitations italiennes des reliures à la fanfare, ne le retient pas.
Rousseurs.
Petite restauration à la coiffe supérieure et aux coins.
Mors fendus sur quelques centimètres et craquelures aux charnières.
Piqûre de vers en queue du dos.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.