Bibliothèque Georges Wendling et à divers amateurs

vendredi 2 octobre 2015 à 14h30
Salle Rossini - 7, rue Rossini 75009 Paris
Images du lot disponibles
6
Résultat
10,980 euros
Specialité
Autres thèmes
[BENSERADE (Isaac de)]. Métamorphoses d'Ovide en rondeaux. Paris, Imprimerie roy...
[BENSERADE (Isaac de)]. Métamorphoses d'Ovide en rondeaux. Paris, Imprimerie royale, 1676. In-4, maroquin rouge, triple filet doré, armoiries royales dorées au centre dans une bordure du Louvre, dos orné de fleurs de lis couronnées et de petits fers dorés, roulette sur les coupes, dentelle intérieure dorée, tranches dorées, boîte de percaline grise moderne (Reliure de l'époque). Édition originale, financée par le roi à hauteur de dix mille livres, une somme considérable pour l'époque, et dédiée au dauphin.
Premier tirage de la remarquable illustration de François Chauveau et Sébastien Le Clerc, comprenant un titre-frontispice de Charles Le Brun interprété par Le Clerc, une vignette de titre aux armes royales et 226 vignettes dessinées et gravées en taille-douce par Chauveau, Le Clerc et Le Pautre. Cette illustration porte en germe celle de certains des grands livres illustrés du siècle suivant, telles les Fables de La Motte illustrées par Gillot en 1719.
Somptueux exemplaire de présent aux armes de Louis XIV.
Un petit nombre d'exemplaires tirés sur grand papier avec les meilleures épreuves des gravures, reliés aux armes royales, avait en effet été distribué par le monarque en personne durant le second semestre de l'année 1676. Celui-ci porte sur le titre la signature autographe ancienne de L'Alemand.
L'ouvrage éclaire un épisode de l'histoire galante du Roi Soleil, cette traduction des Métamorphoses en rondeaux français ayant commandée par Louis XIV à Isaac de Benserade parce qu'il était un vieil ami de Madame de Ludre, chanoinesse de Poussay, dont le roi, qui commençait à se déprendre de Madame de Montespan, était tombé amoureux. Ainsi, le rondeau de la métamorphose d'Io en déesse est-il un hommage à Madame de Ludre, dont Io était le surnom, tandis que trois rondeaux à la fin de l'ouvrage donnent en acrostiche les noms de Madame de Ludre et de Louis Quatorze.
De la bibliothèque du comte de Lignerolles (1894, n°800), avec une note au crayon de sa main sur une garde blanche.
Des feuillets ternis.
Brunet, IV, 288 – Tchemerzine-Scheler, I, 614 (la référence à l'illustration de L'Ovide en belle humeur de Charles Coypeau d'Assoucy est erronée) – Méaume, « Note sur une édition originale d'un ouvrage de Benserade servant à éclaircir un point de l'histoire galante de Louis XIV », Bulletin du bibliophile, 1875, p. 285.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.