Céline 1961-2021

Live Auction with pre-bidding
pre-bidding:
Live Auction : July 1, 2021 @ 02:00 PM
Vente en salle : LIBRAIRIE GIRAUD-BADIN 22 rue Guynemer 75006 Paris
Live Bid
Available lot photos
43
Estimation
200 - 300 euros
Speciality
Other specialist areas
Theme
catalogue
DENOËL (Robert).
Apologie de Mort à crédit. Suivi de "Hommage à Émile Zola" par Louis-Ferdinand Céline.
Paris, Denoël et Steele, [juillet] 1936. In-12, broché, couverture imprimée. Chemise de toile beige.
Edition originale du plaidoyer de R. Denoël en faveur de Céline et de son Mort à crédit. Fait rarissime, l'éditeur prend la défense de l'auteur et répond aux insultes et aux critiques publiées à la parution du livre, expliquant la discrétion de Céline et son indépendance totale, allant jusqu’à établir un parallèle entre cette réception haineuse de Mort et celle qui avait été réservée à La Terre et à L’Assommoir de Zola à leur parution.
Ce texte est suivi de l’édition originale de l’Hommage à Émile Zola, le seul discours public prononcé à Médan par Céline, discours qui lui avait été demandé pour la célébration du 31ème anniversaire de la mort de Zola et dans lequel il définit l’œuvre de l’écrivain naturaliste. Ce discours avait paru dans Marianne le 4 octobre 1933.
Un des 3.000 exemplaires du tirage ordinaire non numéroté (le tirage sur grand papier a été limité à 20 exemplaires numérotés). Précieux exemplaire portant sur la page de titre cet envoi autographe non signé de Robert Denoël: à Marcel Espiau / ami de Céline et de / Robert Denoël.
Marcel Espiau (1899-1971), s'engagea volontairement à 17 ans, comme un grand nombre de jeunes gens de sa génération, pour combattre aux côtés de ses aînés durant la grande guerre de 1914-1918. Devenu journaliste, auteur dramatique et conférencier, il fut un des membres fondateurs du prix littéraire Théophraste Renaudot, aux côtés de Gaston Picard (qui en eut l’idée), Georges Charensol (qui lui donna son nom), Pierre Demartres, Georges Martin, Odette Pannetier, Noël Sabord, Georges Le Fèvre, Raymond de Nys, Henri Guilac. Il demeura dans le jury jusqu’en 1943. Marcel Espiau (1899-1971) publiera sa troisième pièce Prisonnier de mon cœur, chez Denoël en 1937.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.