Collection Michel Wittock. Cinquième partie. De Bonaparte, Premier Consul à Napoléon III, Empereur

jeudi 24 octobre 2013 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
13
Résultat
2,250 euros
Specialité
Autres thèmes
CAZOTTE (J.).Ollivier, poème. Par ordre de Mgr le Comte d’Artois. À Paris, De l’...
CAZOTTE (J.).
Ollivier, poème. Par ordre de Mgr le Comte d’Artois. À Paris, De l’imprimerie de Didot l’Aîné, 1780, 2 vol. in-18, maroquin aubergine, autour des plats, roulette aux pampres de vigne, sertie de doubles filets, encadrant un semé au petit fer enserré dans un réseau de filets azurés, dos lisses ornés d’un décor aux mille points, roulettes intérieures dorées, tranches dorées (Rel. P. Bozerian).


Un poème méconnu de l’auteur du Diable amoureux. Après avoir été en poste en Martinique pour l’administration de la Marine, Jacques Cazotte (1719-1792) revint en France et se consacra désormais aux lettres. En 1772, il publia Le Diable amoureux, roman fameux qui fait de lui l’un des précurseurs de la littérature fantastique. Proche du courant philosophique des Illuministes (Swedenborg, Pasqually…), il s’opposa au matérialisme des Lumières, et fut un adversaire résolu de la Révolution. Il fut guillotiné en septembre 1792. Ollivier parut en 1763 sous le titre des Prouesses inimitables d’Ollivier, marquis d’Edesse, peu de temps après le retour de Cazotte des Antilles. Poème en 12 chants en prose, l’auteur y met en œuvre un surnaturel qu’il tient des Mille et une nuits et qui annonce le caractère fantastique de son chef-d’œuvre. Une petite bibliothèque d’auteurs français éditée pour le comte d’Artois (1757-1836), le futur roi Charles X. Quelques années avant que Louis XVI ne fasse imprimer par François-Ambroise Didot (1730-1804) la fameuse Collection des auteurs classiques français et latins pour l’éducation du Dauphin, son jeune frère le comte d’Artois avait manifesté son goût pour les lettres en constituant à ses frais sa propre collection. Celle-ci rassemblait, en 64 volumes au format in-18, 34 œuvres en vers ou prose d’auteurs classiques français, parmi lesquelles Les Fables de La Fontaine, La Princesse de Clèves, Manon Lescaut, Les Aventures de Télémaque… La tradition veut que le tirage total de chaque titre ne s’élevât à guère plus d’une centaine d’exemplaires, 60 imprimés sur vélin fin pour le comte d’Artois, avec ses armes figurant au titre, comme c’est le cas ici, et quelques exemplaires sur papier ordinaire pour le compte de l’éditeur. Ont été ajoutées : 12 figures dessinées par Lefebvre et gravées par Godefroy pour l’édition de Pierre Didot, de 1798, ici tirées avant la lettre. Fines et élégantes reliures de Jean-Claude Bozerian (1762-1840).
Porté au crayon sur l’un des feuillets de faux-titre, le nom de Greppe, suivi de la date de 1889. Il existe bien un catalogue de 1898 au nom de ce collectionneur, mais l’exemplaire qui y est décrit sous le n°549 est en maroquin vert, non signé. Dimensions : 131 x 77 mm. Provenances : Sir Robert Abdy (Cat. II, Paris, 29-30 avril 1976, n°39), avec son ex-libris ; Robert de Belder. Expositions : […], Reflets de la bibliophilie en Belgique, III, n°45 ; […], Une vie, une collection, Bibliotheca Wittockiana, 10 oct. 2008-28 févr. 2009, Éditions Faton, 2008, p. 69, n°56 (longue notice biographique sur Jean-Claude Bozerian, avec reproduction) ; Culot (P.), Relieurs et reliures décorées en France aux époques Directoire et Empire, Bibliotheca Wittockiana, 16 sept. 2000-10 févr. 2001, Bruxelles, n°175, avec reproduction. Brunet, II, 137-138 ; Cohen, 213 ; Culot (P.), Jean-Claude Bozerian, un moment de l’ornement dans la reliure en France, Bruxelles, 1979, n°5, avec reproductions, motifs n°9 et 51 (pl. I et VI), et 11 (pl. X).
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.