Collection Michel Wittock. Cinquième partie. De Bonaparte, Premier Consul à Napoléon III, Empereur

jeudi 24 octobre 2013 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
22
Résultat
16,250 euros
Specialité
Autres thèmes
DIDEROT (D.).Œuvres, publiées sur les manuscrits de l’auteur par Jacques-André N...
DIDEROT (D.).
Œuvres, publiées sur les manuscrits de l’auteur par Jacques-André Naigeon… À Paris, Chez Desray et Deterville, An VI – 1798, 15 vol. in-8°, maroquin vert Empire à grains longs, autour des plats, roulette aux entrelacs de feuillage sertie de doubles filets dorés, dos à nerf ornés d’un décor à fond criblé, roulette intérieure dorée, tranches dorées (Rel. par Bozerian Jeune).


La première, la meilleure et la plus complète des éditions du XVIIIe siècle des œuvres de Diderot. En 1773, avant de partir pour la Russie, Denis Diderot (1713-1784) avait confié à Jacques-André Naigeon (1738-1810), auquel il fut très lié et qui fut en quelque sorte son disciple, le soin d’arranger et de revoir ses manuscrits afin de donner une édition de ses œuvres. À son retour, Diderot ne changea rien à ses dispositions et Naigeon, après la mort de l’auteur, put publier cette édition des Œuvres. Si des textes tels que le Paradoxe sur le comédien (1830) ou Le Neveu de Rameau (1891) n’apparaissent pas dans cette édition, la raison en est probablement que Naigeon se conforma aux souhaits de l’auteur lui-même. Familier du baron d’Holbach, Naigeon relut et recopia également les manuscrits de celui-ci. Il fut chargé de la partie philosophique de l’Encyclopédie méthodique, où il soutint entre autres le matérialisme et l’athéisme. Le succès de cette édition incita à en faire, deux ans plus tard, une réimpression au format in-12, mais celle-ci, que ne revit pas Naigeon, « fourmille de fautes et d’omissions graves, qui, le plus souvent, altèrent le sens et dénaturent la pensée ». Un portrait de Diderot gravé par Gaucher d’après Jean-Baptiste Greuze, 3 figures, 13 planches mathématiques et un tableau dépliant. Bel exemplaire relié par François Bozerian, dit Bozerian Jeune, qui exerça entre 1789 et 1819. Quelques dos très légèrement plus clairs. L’exemplaire Guibert de Pixéricourt fut également confié à Bozerian. Dimensions : 221 x 140 mm. Provenance : signature autographe non identifiée (tome 15).
Exposition : Culot (P.), Relieurs et reliures décorées en France aux époques Directoire et Empire, Bibliotheca Wittockiana, 16 sept. 2000-10 févr. 2001, Bruxelles, n°100, avec reproduction. Tchémerzine, II, p. 972 ; Adams, (D.), Bibliographie des œuvres de Denis Diderot, 1739-1900, I, Ferney-Voltaire, 2000, pp. 98-109.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.