Collection Michel Wittock. Cinquième partie. De Bonaparte, Premier Consul à Napoléon III, Empereur

vente live: jeudi 24 octobre 2013 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
28
Résultat
3,500 euros
Specialité
Autres thèmes
GOETHE (J. W. von).Werther. Traduction de l’allemand de Goete par C. Aubry. Nouv...
GOETHE (J. W. von).
Werther. Traduction de l’allemand de Goete par C. Aubry. Nouvelle édition revue et corrigée par le traducteur. À Paris, De l’imprimerie de Didot Jeune, 1797, 2 tomes en un volume in-18, maroquin bleu nuit à grains longs, sur les plats, décor à froid et au petit fer serti de filets dorés droits et entrecroisés, dos à nerfs orné de décor à fond criblé, doublure et gardes serties de roulettes aux roses dorées, tranches dorées (R. P. Chilliat).


Une œuvre au parfum de scandale qui révéla le nom de Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832) à l’Europe entière. Parue en 1774, Les Souffrances du jeune Werther est l’une des œuvres-clés du courant esthétique allemand du Sturm und Drang (tempête et passion), qui annonce le romantisme. Werther finissant par se suicider, Goethe fut accusé de faire l’apologie de ce qui était alors un sujet tabou. Malgré ou peut-être à cause de cela, l’ouvrage connut un succès d’édition peu commun à l’époque. Il fut très vite traduit dans de nombreuses langues. Lors de son entrevue avec Goethe à Erfurt, le 2 octobre 1808, Napoléon confia au poète qu’il avait lu sept fois Werther ! Philippe-Charles Aubry (1744-1812), l’un des premiers traducteurs en français de l’œuvre de Goethe. Après les deux traductions françaises de Georges Deyverdun (Lausanne) et du baron de Seckendorf (Maestricht), parues dès 1776, Aubry, employé au ministère de la Marine, publia une première version de la sienne en 1777. Il la reprit ensuite selon les remaniements que Goethe avait apportés à son propre texte pour l’édition de ses Œuvres complètes en 1787. 4 figures gravées en taille-douce par Jean Duplessis-Bertaux (1747-1819), en PREMIER TIRAGE, d’après les dessins de Berthon (ou Berthoud).
Elles seront reprises pour l’édition de 1804. Exemplaire à belles marges, très bien relié par Chilliat, qui exerça à Paris dès le début des années 1810. Il est bien complet des 6 pages du catalogue Didot et présente une interversion des pages 197-198 et 199-200 à la fin du second tome. Dimensions : 146 x 94 mm. Aucune marque de provenance. Exposition : Culot (P.), Relieurs et reliures décorées en France aux époques Directoire et Empire, Bibliotheca Wittockiana, 16 sept. 2000-10 févr. 2001, Bruxelles, n°168, avec reproduction. Brunet, 1645 ; Cohen, 442 ; Moncel (H.), Goethe, BN, 1932, pp. 71-80 et 148-151 ; Vaillant (A., dir.), Dictionnaire du romantisme, CNRS éditions, 2012, art. « Suicide » ; Ramsden (C.), French Bookbinders, 1789-1848, Lund Humphries, 1950, p. 55.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.