Collection Michel Wittock. Cinquième partie. De Bonaparte, Premier Consul à Napoléon III, Empereur

vente live: jeudi 24 octobre 2013 à 14h30
Hôtel du Louvre - Salon Rohan - Place André Malraux - 75001 Paris
Images du lot disponibles
23
Résultat
6,250 euros
Specialité
Autres thèmes
LONGUS. Gli amori pastorali di Dafni e di Cloe… tradotti dalla lingua greca nell...
LONGUS. Gli amori pastorali di Dafni e di Cloe… tradotti dalla lingua greca nella nostra toscana dal commendatore Annibal Caro. Crisopoli [Parme], Impresso co’ tipi Bodoniani, [1793], in-8°, maroquin rouge cerise à grains longs, autour des plats, roulette aux palmettes sertie de doubles filets, chaînette, semé au petit fer en écoinçon, l’ensemble doré, au centre, chiffre [C] couronné frappé à l’or, dos à nerfs orné d’un décor à fond criblé, doublure et gardes de tabis bleu céleste, sertie d’une roulette aux palmettes dorée, tranches dorées (Rel. P. Bozerian Jeune).


Seconde édition de la traduction italienne d’Annibal Caro. Elle fut publiée pour la première fois par Bodoni aux frais du marquis de Brême, en 1786. Son tirage restreint (soit 56 exemplaires) amena l’imprimeur parmesan à donner celle-ci en 1793. Annibal Caro (1507-1566), un poète de l’entourage des Farnese, à Parme. Secrétaire de la famille ducale, Annibal Caro composa une œuvre poétique et fit de nombreuses traductions d’auteurs anciens. Parmi celles-ci, son Énéide est encore aujourd’hui considérée comme un chef-d’œuvre. Une impression de Giambattista Bodoni (1740-1813), le rival de Firmin-Didot. Imprimeur et graveur en lettres, Bodoni s’installa à Parme en 1768 pour diriger l’imprimerie ducale. Il y réalisa des éditions d’une grande élégance typographique en utilisant dans un premier temps des caractères inspirés de ceux dessinés par Pierre-Simon Fournier (1712-1768).
En 1798, il créa son propre caractère, très contrasté et d’une extrême finesse de ligne, auquel il laissa son nom. Édition limitée à 250 exemplaires. Exemplaire relié par François Bozerian (1765-ca 1820) pour Caroline Murat (1782-1839), reine de Naples. Troisième sœur de Napoléon, Maria-Nunziata-Carolina Bonaparte épousa le général Joachim Murat (1767-1815) en 1800. Elle devint reine de Naples en 1808. D’un caractère énergique et ambitieux, elle exerça une grande influence sur son époux et prit part directement aux affaires du royaume, jusqu’à sa destitution en 1815. Conservé dans sa boîte-étui de l’époque, l’ouvrage nous est parvenu dans un état de fraîcheur exceptionnel. L’ensemble apparaît ainsi comme un délicat bijou de goût féminin. Dimensions : 157 x 104 mm. Provenances : Caroline Murat, née Marie-Caroline Bonaparte ; Prince d’Essling (Cat. vente anonyme, Genève, 2-4 mars 1953, n°364, planche 47).
Expositions : […], Une vie, une collection, Bibliotheca Wittockiana, 10 oct. 2008-28 févr. 2009, Éditions Faton, 2008, p. 61, n°48, (courte notice sur Caroline Murat, avec reproduction) ; Culot (P.), Relieurs et reliures décorées en France aux époques Directoire et Empire, Bibliotheca Wittockiana, 16 sept. 2000-10 févr. 2001, Bruxelles, n°161, avec reproduction. Brooks, Edizioni Bodoniane, Firenze, 1927, p. 101 ; Renouard (A.-A.), Catalogue de la bibliothèque d’un amateur…, III, Renouard, 1819, pp. 188-190 ; Olivier, 2665, fer n°3 (variante) ; Lamort (A.), Reliures impériales, p. 85.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.