Collection Michel Wittock VI

jeudi 12 novembre 2015 à 14h30
Salle Rossini 7 rue Rossini 75009 Paris
Images du lot disponibles
30
Résultat
3,750 euros
Specialité
Autres thèmes
AGOSTINI (Leonardo). Le Gemme antiche figurate. Rome, chez l'auteur, 1657. – [Su...

AGOSTINI (Leonardo). Le Gemme antiche figurate. Rome, chez l'auteur, 1657. – [Suivi de :] Annotationi sopra le Gemme antiche. Rome, Giacomo Dragondelli, 1657. 2 parties en un volume in-4 (245 x 175 mm), maroquin rouge, triple filet doré, armoiries dorées au centre, dos orné d'une grosse fleur de lis répétée, coupes guillochées, dentelle intérieure dorée, tranches dorées (Reliure du XVIIe siècle). Édition originale, rare et recherchée, de cette belle suite de gemmes et pierres taillées de l'Antiquité.
Elle est composée d'un titre-frontispice, un portrait de l'auteur et 214 figures hors texte dessinées et gravées sur cuivre par Giovanni Battista Galestruzzi, suivies d'un commentaire par Giovanni Pietro Bellori. La seconde partie de l'ouvrage, formée d'un volume de supplément paru douze ans plus tard, en 1669, n'est pas jointe à cet exemplaire.
Exemplaire de Colbert revêtu d'une très belle reliure en maroquin rouge aux armes du comte d'Hoym, ministre plénipotentiaire de Pologne en France et l'un des plus distingués bibliophiles du début du XVIIIe siècle. Ce dernier fit frapper ses armoiries entre 1728 et 1735 sur les plats du volume, où elles sont entourées d'une bordure de feuilles de chêne torsadée imitée de la célèbre « bordure du Louvre » commandée par Colbert pour les livres entrés au Cabinet du roi entre 1670 et 1675.
« L’amour des livres rendit Colbert presqu’aussi célèbre que ses talents administratifs. À sa mort, son importante bibliothèque, qui comptait plus de huit mille manuscrits rares et précieux et quelque cinquante mille volumes imprimés, passa à son fils aîné Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, et ensuite au frère de ce dernier, Jacques-Nicolas Colbert, archevêque de Rouen, avant d’être dispersée aux enchères en 1728. La plupart de ses livres porte, au haut de la page de titre, l’inscription Bibliothecae Colbertinae de la main d’Etienne Baluze, le bibliothécaire du célèbre ministre de Louis XIV. C’est précisément le cas pour l’exemplaire de cet excellent ouvrage de glyptique rédigé par Leonardo Agostini, l’antiquaire du pape Alexandre VII, exemplaire qui sera acquis, lors de la fameuse vente Colbert, par un autre grand bibliophile, le comte d’Hoym » (Une vie, une collection).
Quant à ce dernier, il fut l’un des bibliophiles les plus célèbres de son époque et forma avec passion, de 1717 à 1735, une bibliothèque riche surtout en belles-lettres et en histoire. Ambassadeur d’Auguste II, électeur de Saxe et roi de Pologne, il fut disgracié pour avoir livré à la manufacture de Sèvres le secret de la fabrication de la porcelaine de Saxe. Deux ans après sa mort, en avril 1738, son imposante bibliothèque fera l’objet d’une mémorable dispersion en cinquante-neuf vacations.
Des bibliothèques Jean-Baptiste Colbert (ex-libris manuscrit, vente à Paris, 24 mai 1728, lot 11468) et Charles-Henri d'Hoym (armoiries au centre des plats, vente à Paris, 1-14 avril 1738, lot 4477), l'exemplaire passa ensuite dans les collections Joseph-Augustin Brentano (ex-libris et signature), William Beckford à Hamilton Palace (vente I à Londres, 30 juin 1882, lot 90), Robert Hoe (ex-libris, vente IV à New-York, 8 janvier 1912, lot 10), Mortimer L. Schiff (ex-libris, vente I à Londres, 23 mars 1938, lot 4) et Sir Robert Abdy (ex-libris, vente I à Paris, 10 juin 1975, lot 5).
Coiffe supérieure et charnières restaurées, reteintes au second plat, quelques piqûres éparses. Bel exemplaire néanmoins.
Brunet, I, 111.
Exposition : Une vie, une collection, n°19.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.