Collection Michel Wittock VI

Live Auction
starts: November 12, 2015 @ 02:30 PM
Salle Rossini 7 rue Rossini 75009 Paris
Available lot photos
15
Result
7,500 euros
Speciality
Other specialist areas
ECK (Johann Maier von). Enchiridion locorum communium, adversus Lutherum, & ...

ECK (Johann Maier von). Enchiridion locorum communium, adversus Lutherum, & alios hostes Ecclesiæ. Paris, Nicolas Chesneau, 1565. In-16 (114 x 76 mm), vélin souple ivoire, double encadrement de fers et filets dorés, l'un de palmettes et rameaux, l'autre de fleurettes tigées, rectangle central orné de quinze cartouches de feuillage ovales contenant chacun une grande fleur dorée, dont plusieurs répétées, et de petits fers dorés, chiffre mm cantonné de quatre fermesses dorées dans le médaillon ovale central, dos lisse orné de six médaillons ovales, de moindres dimensions, dans un encadrement de palmettes, nom de l'auteur manuscrit en tête, traces d'attaches, tranches dorées, boîte en vélin ivoire moderne ornée d'un décor doré à l'imitation (Reliure parisienne de la fin du XVIe siècle).

Charmante édition parisienne du célèbre traité anti-luthérien de Jean Eck (1486-1543), publiée au format in-16 par Nicolas Chesneau et d'autres libraires associés.

L'Enchiridion est sans doute le plus important ouvrage du chancelier de l'université d'Ingolstadt. C'est un recueil d'arguments théologiques dirigés « contre Luther et les autres ennemis de l'Église », mais on y trouve aussi des propositions de réformes à l’intérieur de l'Église, telles une amélioration de la formation de prêtres, l'abandon des prébendes et des indulgences abusives, dont certaines seront reprises et mises en œuvre par le Concile de Trente. L'ouvrage fut imprimé pour la première fois à Cologne en 1525 et maintes fois réimprimé et traduit en vernaculaire au cours du XVIe siècle.
Exemplaire réglé.

Ravissante reliure à médaillons ovales floraux frappée du chiffre MM, dans le style des reliures exécutées pour Pietro Duodo (1554-1611), autrefois attribuées à Marguerite de Valois (1553-1615), fille d'Henri II, la célèbre reine Margot dont le mariage, en 1572, avec Henri de Navarre, le futur Henri IV, sera rompu en 1599.

Cette attribution n'est plus retenue de nos jours et la plupart de ces reliures ont depuis lors été attribuées à Pietro Duodo, hormis quelques unes, moins de dix, comportant une dédicace à la reine. Pour une reliure de cette provenance, voir le lot 16.
Le parti pris décoratif de cette reliure – composition à répétition, ovales floraux, bordure de palmettes – offre une certaine analogie avec celui des reliures exécutées pour Pietro Duodo, tel le Desportes de la collection Wittock (2005, III, lot 15 ; cf. Hobson & Culot, n°74), qui proviennent peut-être du même atelier que celle-ci. Elle s'en distingue néanmoins par le format des ovales de feuillage, des fleurs et des palmettes, dont les fers sont plus grands sur les reliures de Duodo.
Parmi d'autres reliures à fers floraux similaires et parfois identiques, Paul Culot cite deux exemplaires portant, l'un, le supralibris de Marie Canivet et, l'autre, les chiffres MM et BB (cf. Hobson & Culot, n°74). L'identité du commanditaire de la présente reliure, où le chiffre MM est entouré de s fermés ou fermesses en signe d'amour et de fidélité, n'a pu être précisément établie.

De la bibliothèque A. Lavigne-Detours (vente à Paris, le 7 février 1920, lot 18, ill., attribution à Marguerite de Valois).
Parfaite conservation, en dépit d'un minuscule accroc en queue.
Hobson : Fanfare, n°292.
Hobson & Culot, n°69.
Expositions : Cinq siècles d'ornements, n°51.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.