Collection Michel Wittock VI

jeudi 12 novembre 2015 à 14h30
Salle Rossini 7 rue Rossini 75009 Paris
Images du lot disponibles
34
Résultat
5,000 euros
Specialité
Autres thèmes
[LA BARRE de BEAUMARCHAIS (Antoine de)]. Le Temple des Muses, orné de lx tableau...
[LA BARRE de BEAUMARCHAIS (Antoine de)]. Le Temple des Muses, orné de lx tableaux où sont représentés les événemens les plus remarquables de l'antiquité fabuleuse, dessinés et gravés par B. Picart le Romain et autres habiles maîtres, et accompagnés d'explications et de remarques qui découvrent le vrai sens des fables et le fondement qu'elles ont dans l'histoire. Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1733. Grand in-folio (460 x 298 mm), maroquin rouge, triple filet doré, armoiries au centre (substituées), entourées d'une bordure du Louvre, dos richement orné aux petits fers, triple filet sur les coupes, roulette intérieure, tranches dorées (Reliure de l'époque). Première édition française de la mythologie antique de Labarre de Beaumarchais, fondée sur le célèbre ouvrage de l'abbé de Marolles publié sous le même titre en 1655. Il semble que sa publication ait été précédée de traductions hollandaises, éditées par le même Zacharie Chatelain en 1731, 1732 et 1733.
L'ouvrage est recherché pour la beauté de son illustration, dessinée et gravée en taille-douce par Bernard Picart (1673-1733), dont la maîtrise de la traduction picturale est très réputée.
Celle-ci comprend soixante belles planches hors texte représentant des mythes antiques, légendées en français, anglais, allemand et néerlandais, et contenues dans de riches encadrements historiés ou ornés de lambris figurés, ainsi qu'un titre-frontispice, un fleuron de titre, une grande vignette en-tête aux armes du dédicataire de l'édition, le prince-archevêque de Mayence. Inspirées des planches données au Temple des muses de Michel de Marolles par Abraham Diepenbecke, ces figures auraient d'abord paru, selon Cohen, dans les éditions hollandaises de l'ouvrage.
Bel exemplaire en maroquin rouge aux armes d'Antoine-Louis Rouillé, comte de Jouy, ultérieurement remplacées par celles d'Hilaire Rouillé du Coudray.
Antoine-Louis Rouillé (1689-1761), comte de Jouy, fut successivement conseiller au parlement de Paris, maître des requêtes, intendant du commerce, directeur de la librairie, puis ministre de la Marine de 1749 à 1754 et ministre des Affaires étrangères de 1754 à 1757. Il constitua une bibliothèque importante, qui fut dispersée en 1763.
Incité peut-être par la similarité de leurs patronymes, Hilaire II Rouillé, devenu propriétaire du volume, fit enlever des plats l'écu d'armes d'Antoine-Louis Rouillé pour y substituer le sien, en ayant garde de conserver les deux pièces de maroquin supprimées, qu'il contrecolla au verso d'une garde. Fils d'Hilaire Ier Rouillé du Coudray, qui fut un membre influent du Conseil des finances sous la Régence et le règne de Louis XV, Hilaire II Rouillé (1716-1805), seigneur du Coudray, de Cuisy et de Boissy, était maréchal de camp en 1761 et lieutenant général des armées du roi en 1780.
Exemplaire cité par Cohen, des bibliothèques Hippolyte Destailleur (vente à Paris, 13-24 avril 1891, lot 1548) et du comte René de Galard de Béarn (ex-libris, vente I à Paris, 24-26 juin 1920, lot 58).
Coins anciennement restaurés, intérieur légèrement terni avec de rares petites rousseurs.
Cohen, 531 (exemplaire cité) – Portalis & Beraldi, III, 304 – Brunet, V, 696.
Exposition : Une vie, une collection, n°29.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.