Collection Michel Wittock VI

jeudi 12 novembre 2015 à 14h30
Salle Rossini 7 rue Rossini 75009 Paris
Images du lot disponibles
48
Estimation
2,000 - 3,000 euros
Specialité
Autres thèmes
LEVESQUE (Pierre) et Jean-Louis BÊCHE. Solfèges d'Italie, avec la basse chiffrée...
LEVESQUE (Pierre) et Jean-Louis BÊCHE. Solfèges d'Italie, avec la basse chiffrée, composés par Leo, Durante, Scarlatti, Hasse, Porpora, Mazzoni, Bernacchi, David, Perez &c. Paris, Cousineau ; Versailles, les éditeurs, s.d. In-4 oblong (250 x 325 mm), maroquin rouge, triple filet doré, grande fleur aux angles, armoiries au centre, dos orné aux petits fers, pièce de titre de maroquin fauve, filets sur les coupes, roulette intérieure, tranches dorées (Reliure de l'époque). Célèbre recueil de musique italienne, dont la mode atteignait alors son apogée, dédié aux premiers Gentilhommes de la Chambre par Pierre Levesque et Jean-Louis Bêche, ses éditeurs, qui étaient maîtres des pages de la Musique du roi.
Entièrement gravé sur cuivre par Parison, avec le concours de Drouët pour la lettre, l'ouvrage est orné d'un beau titre gravé par J.-B. Metoyen.
Il se compose de quatre parties joignant à la musique notée des solfèges l'explication des techniques musicales permettant d'interpréter cette musique. La première partie contient les principes de musique qu'il est indispensable d'apprendre avant de commencer à chanter ; la seconde présente toutes les clefs et les trois mesures usitées avec leurs composés ; la troisième donne, avec une difficulté graduelle, les solfèges sur tous les tons suivant l'ordre des dièses et des bémols ; la quatrième, enfin, intitulée Solfeggi a due vocci del signore David Perez et présentée sous pagination séparée, renferme douze solfèges en trio composés chacun de trois morceaux.
Bel exemplaire de dédicace aux armes d'Antoine de Vignerot du Plessis (1736-1791), duc de Fronsac puis de Richelieu, premier gentilhomme de la Chambre du roi de 1756 à 1791, en survivance de son père, le maréchal-duc Louis-François-Armand de Richelieu, qui avait occupé cette charge de 1744 à 1756. Maréchal de camp, puis lieutenant général des armées du roi en 1780, Antoine de Richelieu avait également acquis de son père l'honneur de porter dans ses armes la croix de Gênes que ses exploits militaires dans cette cité avaient valu au maréchal-duc dès 1748.
Exemplaire bien conservé, en dépit de petites restaurations et reteintes à la reliure et quelques taches et traces d'humidité éparses. Déchirure dans la largeur des pp. 25-26, réparée ; trou supprimant quelques notes aux pp. 105-106.
Exposition : Une vie, une collection, n°36.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.