Collection Michel Wittock VII

mardi 14 novembre 2017 à 14h00
Salle Rossini
Images du lot disponibles
21
Résultat
12,500 euros
Specialité
Autres thèmes
ARRIANUS (Flavius). Ponti Euxini & maris Erythræi periplus. Genève, Eustache...

ARRIANUS (Flavius). Ponti Euxini & maris Erythræi periplus. Genève, Eustache Vignon, 1577. 2 parties en un volume in-folio (331 x 210 mm), maroquin fauve, large bordure dorée sertie de filets à froid avec dragons héraldiques dorés aux angles, fleurons aux écoinçons, armoiries au centre, dos orné d'un dragon doré répété, tranches dorées (Reliure romaine de l'époque). Seconde édition, en grec et en latin, du périple du Pont-Euxin dans lequel Arrien, historien grec du IIe siècle de notre ère, décrit tout le littoral de la Mer Noire.

L'ouvrage comprend une remarquable carte de la mer Noire à double page, gravée sur bois, et la belle marque de l'imprimeur sur le titre de chaque partie.

L'édition a été partagée entre les libraires Eustache Vignon, de Genève, et Barthélémy Vincent, de Lyon, et portent indifféremment l'adresse et la marque de l'un ou de l'autre.

Magnifique reliure aux armes et aux pièces d’armes de Giacomo Boncompagni (1548-1612), fils naturel du pape Gregoire XIII.
En plus de reconnaître son fils, le pape lui assura de prestigieuses positions et titres tels que le marquisat de Vignola, les duchés de Sora et d’Arce et la dignité de Gouverneur général de l'Église.

Michel Wittock a recensé vingt livres aux armes de Boncompagni, auxquels un vingt-et-unième doit être ajouté (lot 19). Il distingue dans son étude deux ateliers de reliures ayant travaillé pour le collectionneur, ayant chacun un fer armorié différent pour ses livres : le premier surmonté d’un heaume à cimier, le second, plus tardif (pas avant 1576), d’une couronne ducale.

Il suggéra que la bibliothèque fut probablement formée entre 1574 et 1586, d'après les dates d’achevé d'imprimer des livres subsistants. Après la mort de son père, en 1585, Boncompagni se rendit de moins en moins à Rome, préférant son fief de Sora, où il mourut en 1612.La bibliothèque Boncompagni semble avoir été transmise de génération en génération jusqu'au XXe siècle, quand des difficultés financières entrainèrent sa dispersion (Wittock, pp. 108-109). 

On retrouve deux types de cotes de bibliothèques dans les volumes de Boncompagni conservant leurs contregardes et gardes d'origine, comme c'est le cas ici ; l'une est inscrite sur le premier contreplat, la seconde en regard de la page de titre. Cette dernière correspond à un catalogue manuscrit de la bibliothèque effectué en 1757, actuellement conservé au Vatican. Comme le fait remarquer Michel Wittock, les volumes enregistrés dans ce catalogue semblent être apparus pour la première fois sur le marché après la première guerre mondiale, et huit volumes restés dans la famille font maintenant partie du Musée Andrea & Blanceflor Boncompagni Ludovisi à Rome. De plus, les recherches de Michel Wittock remettent en cause le fait que la bibliothèque aurait été intégrée aux collection du Vatican. Seuls des documents et les archives de la famille y sont conservés.

Un des rares volumes de cette bibliothèque ayant conservé son dos d'origine. La plupart des livres de cette bibliothèque ont eu le dos refait au XIXe siècle. (Pour d'autres ouvrages de la même provenance, voir les lots 15, 19 et 22).

Cachet ancien aux armes des Boncompagni sur le titre.

Légères usures à la reliure. Intérieur bruni, rousseurs. 

Adams, A-2015 – Brunet, I, 497 – Hoffman, I, 378.

Michel Wittock, « Giacomo Boncompagni : heurs et malheurs d'une bibliothèque », Mélanges d'histoire de la reliure offerts à Georges Colin, Bruxelles, 1998, pp. 103-118 (n°1).

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.