Collection Michel Wittock VII

mardi 14 novembre 2017 à 14h00
Salle Rossini
Images du lot disponibles
3
Résultat
5,625 euros
Specialité
Autres thèmes
[NANNI (Giovanni)]. Fragmenta vetustissimorum autoru[m]. Bâle, Johannes Bebel, 1...

[NANNI (Giovanni)]. Fragmenta vetustissimorum autoru[m]. Bâle, Johannes Bebel, 1530. In-4 (205 x 145 mm), maroquin rouge, triple filet doré, armoiries au centre entourées d'un médaillon lauriers, dos orné de filets répartissant le titre dans quatre caissons, deux fleurons en tête, chiffre doré JADT frappé deux fois en queue, tranches dorées, boîte de toile moderne (Reliure parisienne de la fin du XVIe siècle). Très rare édition de ce recueil de fragments antiques publié par Giovanni Nanni.


Il contient dix textes : Myrsili Lesbii de Origine Italiæ et Tyrrhenorum – M. P. Catonis Originum – Archilochi de Temporibus – Berosi Babylonii Antiquitatum – Manethonis de Regibus Ægyptiorum – Metasthenis Persæ Annalium Persicorum – Xenophontis de Æquiuocis – Q. F. Pictoris de Aureo seculo & origine urbis Romæ – C. Sempronii de Divisione Italiæ – S. J. Frontini V. C. de Aquæductibus urbis Romæ.
Fine reliure en maroquin rouge aux armes et au chiffre de Jacques-Auguste de Thou célibataire.


Magistrat, homme d'État, juriste, historien, humaniste et bibliophile, Jacques-Auguste de Thou (1553-1617) est une des figures les plus marquantes parmi les collectionneurs de livres de son temps. La bibliothèque savante et encyclopédique qu'il avait réunie à la collection de son père, Christophe de Thou, riche d'environ mille manuscrits et huit mille volumes imprimés, demeura sans rivale à Paris jusqu'au milieu du XVIIe siècle. Instrument de travail de l'historien et juriste – J.-A. de Thou est notamment l'auteur d'une importante Histoire en seize volumes –, sa bibliothèque était également ouverte aux lettrés, humanistes et étudiants de la France et de l'étranger.


Très exigeant sur la condition de ses livres, Jacques-Auguste de Thou les faisait relier avec le plus grand soin, d'abord en vélin, puis en maroquin rouge, citron, vert ou violet, de la plus belle qualité, frappé de son chiffre et de ses armes – auxquelles il fit accoler, après son premier mariage en 1587, les armoiries de Marie de Barbançon-Cany, son épouse, puis après son second mariage, en 1602, celles de Gasparde de La Chastre, sa seconde épouse.


À la mort du président de Thou, la bibliothèque, confiée aux frères Dupuy, gardes de la bibliothèque du Roi, fut encore largement augmentée par François-Auguste de Thou (1604-1642) et son frère Jacques-Auguste II (1609-1677), si bien qu'elle rassemblait quelque trente mille ouvrages en 1679 lorsqu'elle passa par héritage à l'abbé Jacques-Auguste de Thou (1653-1746), qui en fit publier le catalogue, sous le titre de Catalogus Bibliothecæ Thuanæ, en vue de sa dispersion aux enchères. Mais dès la première vacation, Jean-Jacques Charron, marquis de Ménars (1643-1728), le beau-frère de Colbert, se résolut à acheter en bloc la bibliothèque pour la réunir à la sienne. Il vendit l'ensemble en 1706 au cardinal Armand-Gaston de Rohan (1674-1749), qui la légua à son neveu, Charles de Rohan-Soubise (1715-1787). Portée par ces ajouts successifs, la bibliothèque, riche de cinquante mille volumes, fut finalement dispersée aux enchères en 1788-1789.


Décrit dans le Catalogus Bibliothecæ Thuanæ de 1679 (p. 288), l'exemplaire est ensuite passé dans les bibliothèques de Jean-Pierre Parison (vente à Paris, 25 février 1856, lot 1842), de Félix Solar (vente I à Paris, 19 novembre 1860, lot 2458), du baron Lucien Double (ex-libris) et du vicomte Amaury de Ghellinck d'Elseghem-Vaernewyck (ex-libris).


Proche de Jacques-Charles Brunet, dont il a revu les quatre premières éditions du Manuel, Jean-Pierre Parison (1771-1855) avait rassemblé une précieuse collection d'auteurs classiques grecs et latins, comptant de nombreux exemplaires annotés par divers savants ainsi que des reliures commanditées par Grolier, Mahieu, de Thou, Hoym, Longepierre, etc.


Félix Solar (1815-1870), banquier et journaliste, avait rassemblé une très précieuse collection de livres en moins de dix ans, à laquelle il avait joint la bibliothèque du marquis de Clinchamp. L'ensemble fut dispersé en deux ventes, la première à Paris en 1860-1861 et la seconde à Bordeaux en 1889.
Quant au baron Lucien Double, il avait hérité du goût des livres de son père, le baron Léopold Double (1812-1880), et avait formé comme lui une précieuse collection de livres, dont il publia la description en 1890 sous le titre de Cabinet d'un curieux (le présent volume ne figure cependant ni dans cet ouvrage, ni au catalogue de sa vente de 1897).


La présente reliure est reproduite dans l'album Musea Nostra consacré à la Bibliotheca Wittockiana (Gand, 1996, p. 41) et a figuré dans l'exposition Une vie, une collection (Bruxelles, 2008, n°10, ill.).


Exemplaire très bien conservé en dépit d'un petit accroc discrètement restauré en tête.
Adams, F-830 – VD16, F-1976 – Mattaire, II, 342 (« volume très rare ») – A. Coron, « Ut prosint aliis. J.-A. de Thou et sa bibliothèque », in Histoire des bibliothèques françaises, 1988, II, pp. 100-125.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.