Correspondance Élie Faure

vente live: lundi 30 octobre 2017 à 14h30
Hôtel Ambassador - 16 boulevard Haussmann, 75009 Paris
Images du lot disponibles
20
Résultat
244 euros
Specialité
Autres thèmes
CARRIÈRE (Eugène). Lettre autographe signée à Élie Faure. Mons, 30 novembre 1904...

CARRIÈRE (Eugène). Lettre autographe signée à Élie Faure. Mons, 30 novembre 1904. 4 pp. in-8.

Sur la préparation du banquet organisé en son honneur par Élie Faure, et qui se déroulerait le 20 décembre 1904. « ... Je pense... que [c'est] Roger Marx, qui est mon plus ancien ami et le premier qui ait parlé de moi dans la presse, qui doit prendre la parole [critique d'art qui défendit les impressionnistes et l'art moderne de son temps]... C'est une réparation aussi pour lui, pour beaucoup d'injustices qu'il a dû subir et auxquelles je n'ai pas pu faire l'obstacle voulu. Je pense aussi, pour le comité, au peintre Agache et à... Pontremoli, Gallimard, et je pense que Bernheim vous donnera la liste des souscripteurs au Christ qui vous rappellerait très vite les oubliés [allusion à la souscription lancée en 1903 pour l'achat et le don au musée du Luxembourg du Christ mort d'Eugène Carrière]. Roger Marx, Hamel et Dolent qui a un sens si juste des choses.

Bonheur me dit son désir d'avoir des jeunes artistes dans le comité. Cela me paraît aussi heureux. Je vous donne un mal que je crois devoir augmenter, et je sais par expérience que celui qui comme vous se dévoue à une manifestation se prépare à d'inattendues et douloureuses expériences. Je sais que vous êtes un homme de science, mais aussi plein de sensibilité : et je compatis pour tous les ennuis éprouvés et prévus qui vous attendent. Peu de gens aiment les mains qui préparent des lauriers. Celles qui manient la charpie sont plus recherchées, et les ambulances regorgent de volontaires, mais le chemin de la gloire est solitaire et les vœux qui accompagnent celui qui s'y aventure sont souvent des adieux déguisés. Il faut que ceux qui forment les mêmes projets dans l'ardeur de la jeune espérance tendent les mains à celui qui revient des Enfers. Nous partons avec des illusions qui sont des vérités non expérimentées, notre première expérience nous les contredisent. Mais notre seconde ignorance nous les fait découvrir comme des vérités définitives. Ce sont les forces vitales, celles qui forment le véritable héritage et l'accumulation des énergies vers l'harmonie des êtres enfin retrouvés dans la conscience humaine. Vous êtes comme ceux que j'aime dans cet espoir. J'espère ne jamais le perdre, et c'est par ce sentiment que je vous embrasse bien tendrement... »

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.