Éditions originales partie I

Live Auction with pre-bidding
pre-bidding:
Live Auction : December 8, 2021 @ 02:00 PM
Librairie Giraud-Badin 22 rue Guynemer 75006 Paris +33 1 45 49 09 24
Live Bid
Available lot photos
7
Estimation
400 - 500 euros
Speciality
Original literary editions from 19th- 21st century
Theme
19
BAUDELAIRE (Charles).
2 actes notariés le concernant. 1830 et 1856.
Documents concernant des biens reçus de son père François Baudelaire. Celui-ci avait acheté en 1807 des terrains au hameau des Ternes sur la commune de Neuilly et, après sa mort en 1827, ces terrains furent partagés en 1828 et 1830 entre ses deux fils Alphonse, né de Rosalie Janin (morte en 1814) et Charles, né de Caroline Dufaÿs. Charles Baudelaire devenu majeur vendit ses terrains en 1843 par l'intermédiaire de son notaire de Neuilly Jean Labie, ami de la famille, qui conserva la somme et lui constitua une rente à 5 %. Terriblement dépensier, le poète fut placé en 1844 sous tutelle par un conseil de famille auquel appartenait son frère Alphonse, et il reçut alors comme conseil judiciaire le premier clerc et futur successeur de Maître Labie, Narcisse Ancelle. La créance de l'Étude fut remboursée en plusieurs fois : 1855, 1856 et lors de la succession de Charles Baudelaire en 1869.
Dans le premier cas, Charles Baudelaire était mineur, et dans le second, il était sous tutelle.
Labie (Jean). Pièce signée en qualité de notaire. Neuilly, 8 avril 1830. 34 pp. in-folio sur 9 bifeuillets reliés en cahier par des cordelettes. Expédition de deux actes passés dans son Étude, le premier le 2 octobre 1828, en présence d'Alphonse Baudelaire et de la mère de Charles Baudelaire, Caroline Dufaÿs, et le second le 7 avril 1830, en présence d'Alphonse Baudelaire seul, établissant sur travaux d'experts la nature et la valeur des biens respectivement attribués à Alphonse et à Charles.
Thiac (Jean-Baptiste). Pièce signée en qualité de notaire. Paris, 21 avril 1856. 3 pp. in-folio. Expédition d'un acte passé dans son Étude en présence de Charles Baudelaire et de son conseil judiciaire Maître Ancelle, par lequel celui-ci reconnait s'être vu remettre des mains de la veuve de Maître Jean Labie une partie du capital reçu lors de la vente de ses terrains de Neuilly.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.