Lettres, livres et manuscrits

Live Auction with pre-bidding
pre-bidding:
Live Auction : December 15, 2021 @ 02:00 PM
Live Bid
Available lot photos
35
Estimation
800 - 1,000 euros
Speciality
Non précisé
Theme
autographes
MUSIQUE. – MANUSCRITS MUSICAUX.
Ensemble de 11 manuscrits musicaux.
Auber (Daniel-François-Esprit). Citation musicale autographe signée, pour piano, avec mention « allegro ». Paris, 18 janvier 1859 (9 mesures sur 2 portées occupant 1/2 p. in-8 oblong).
— Bruneau (Alfred). Citation musicale autographe signée. Air de son opéra L'Attaque du moulin : « Ah ! la guerre, je la maudis » (1 portée avec titre et texte sur une p. in-4 étroit oblong, traces de colle au verso). Cette œuvre fut composée sur un livret de Louis Gallet d'après la nouvelle d'Émile Zola du même titre parue en 1880 dans Les Soirées de Médan. Certains passages furent cependant ajoutés spécialement pour l'opéra par Zola lui-même, notamment le « morceau de la guerre » de Marcelline dans la scène 2 du premier acte – dont le présent vers « Ah ! la guerre, je la maudis ! ». Cette œuvre fut créée en novembre 1893 à l'Opéra-Comique.
— David (Félicien). Citation musicale autographe signée. Paris, 29 avril 1851. Extrait du chœur de la première partie de son opéra Le Désert : « Allah, Allah, à toi je rends hommage, Allah.... » (un système de 2 portées pour piano avec texte, sur une 1/2 p. in-folio étroit oblong). Composée sur un livret d'Auguste Colin, Le Désert fut créé le 8 décembre 1844 au Théâtre-Italien de Paris.
— Fauré (Gabriel). Citation musicale autographe signée. Décembre 1906. Passage de sa mélodie « Lydia » : « Lydia, sur tes roses joues... » (1 portée avec titre et texte, sur 1/2 p. in-12). Composée vers 1870 sur un poème de Leconte de Lisle, cette œuvre fut publiée en 1871 chez Hartmann à Paris, et présentée en première audition à la Société nationale de musique le 18 mai 1872.
— Gounod (Charles). Manuscrit musical autographe signé, pour deux voix. Habillage musical pour un billet de rendez-vous : « C'est entendu, c'est convenu ! À jeudi ! À jeudi ! » (3 portées avec texte sur une p. in-12).
— Halévy (Fromental). Citation musicale autographe signée. S.l., 12 janvier 1852. Air de Guido dans la scène 3 de l'acte III de son opéra Guido et Ginevra ou la Peste de Florence : « Quand renaîtra la pâle aurore... » (3 portées avec texte sur 1 p. in-8 oblong). Composée sur un livret d'Eugène Scribe, cette œuvre fut créée à l'Opéra de Paris le 5 mars 1838.
— Le Sueur (Jean-François). Manuscrit musical autographe. Passage de son opéra La Mort d'Adam, avec didascalies très développées (6 systèmes de 5 à 8 portées, pour un total de 35 mesures, avec texte, occupant 2 pp. sur un feuillet in-folio de papier azuré). Composée sur un livret de Nicolas Guillard d'après la tragédie de Friedrich-Gottlieb Klopstock, cette œuvre fut créée le 21 mars 1809 à l'Opéra. Apostille autographe signée de l'épouse de Le Sueur, Adeline Jamart de Courchamps, attestant le caractère autographe du manuscrit. Le Sueur fut le maître de Berlioz.
— Moszkowski (Moritz). Citation musicale autographe signée, pour piano. Paris, 12 avril 1905. 3 premières mesures de la première de ses Trois études de concert op. 24 (2 portées sur 1/2 p. in-8 carré, plis marqués). — Reyer (Ernest). Citation musicale autographe signée. « Ne les détourne pas, ces regards radieux / Profonds comme la mer et purs comme l'au[rore] » (2 portées 1/2 avec texte, sur une p. in-12 oblong). Air de Mathô dans le duo du deuxième tableau de l'acte IV de son opéra Salammbô. Composée sur un livret de Camille Du Locle d'après le roman de Gustave Flaubert, l'œuvre fut créée à Bruxelles le 10 février 1890, puis en France au Théâtre des Arts de Rouen le 23 novembre 1890 (elle ne fut représentée à l'Opéra de Paris que le 16 mai 1892).
— Schmitt (Florent). Manuscrit musical. 19 août 1913. Pièce pour piano (3 systèmes de 2 portées sur une p. in-4 oblong). Marquée « maestoso », cette œuvre est dédiée « à Mimi » [probablement Mimi Godebska, nièce de Misia].
— Thomas (Ambroise). Citation musicale autographe signée, pour chant. Passage de la romance de Mignon du premier acte de son opéra « Connais-tu le pays où fleurit l'oranger ? Le pays des fruits d'or et des roses vermeilles... » (2 portées avec texte sur une p. in-8 étroit oblong). Composée sur un livret de Jules Barbier et Michel Carré d'après le roman de Goethe Les Années d'apprentissages de Wilhelm Meister, cette œuvre fut créée à l'Opéra-Comique le 17 novembre 1866.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.