Lettres et manuscrits autographes

vente live: lundi 12 décembre 2016 à 14h00
Hôtel Ambassador - 16 boulevard Haussmann, 75009 Paris
Images du lot disponibles
16
Résultat
11,224 euros
Specialité
Autres thèmes
Charles BAUDELAIRE (1821-1867). L.A.S., Versailles, Lundi 9 mai 1853, à un ami [...

Charles BAUDELAIRE (1821-1867). L.A.S., Versailles, Lundi 9 mai 1853, à un ami [Charles Asselineau ?] ; 1 page in-8 (timbre sec Papier de la Boule rouge).

Curieuse lettre inédite, se plaignant de Philoxène Boyer en termes crus.

« Je réclame l’obligeance que vous m’avez offerte. Boyer n’est pas revenu hier soir ; – je réfléchis que c’est aujourd’hui Conférence à l’Athénée, et demain Leçon à l’Athénée ; c’est fort alarmant. Boyer me fait l’effet de ces femmes qui ont leurs règles tous les jours, et dont on ne peut jamais prendre le cul. Lui, il a maintenant l’Athénée tous les jours. Je suis sûr qu’il n’y a pas d’argent pour moi chez la Dame au papier timbré, mais je sais que ma mère est à Paris, et qu’elle veut me voir le 10, Demain.

– Il serait fort gracieux à vous de venir vous-même, mais en tout cas, vous savez qu’on ne peut pas envoyer un mandat de moins de cinq francs »...

Il ajoute : « Enfin cette plaisanterie incompréhensible va donc finir »...

[Cette lettre provient de la collection d’Alfred Bégis (27 mai 1910, n° 1334 : « Lettre curieuse, très curieuse, adressée à un ami, et qu’on ne pourrait imprimer entier ») ; elle est signalée dans la Correspondance (Pléiade, t. I, p. 224), avec une longue note de Claude Pichois, citant Asselineau qui rapporte que Philoxène Boyer avait « cloué » Baudelaire pendant un mois à Versailles « dans une auberge où on leur avait fait crédit, partant toujours pour aller chercher de l’argent à Paris, et n’en rapportant jamais.J’ai gardé deux ou trois lettres lamentables que Baudelaire m’écrivit à cette occasion pour me prier de l’aller délivrer ».]

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.