Lettres et manuscrits autographes

vente live: lundi 12 décembre 2016 à 14h00
Hôtel Ambassador - 16 boulevard Haussmann, 75009 Paris
Images du lot disponibles
21
Résultat
854 euros
Specialité
Autres thèmes
Georges BERNANOS. L.A.S., Palma [27 août 1936], à son Robert Vallery-Radot ; 3 p...

Georges BERNANOS. L.A.S., Palma [27 août 1936], à son Robert Vallery-Radot ; 3 pages petit in-4 arrachées d’un cahier.

Intéressante lettre sur la guerre d’Espagne, alors que son fils aîné Yves s’est engagé dans la Phalange.

Que Robert se rassure :

« Si les Catalans n’étaient pas des espèces de Marseillais, c’est-à-dire des soldats de carton, ils seraient ici [...]. Je remercie le bon Dieu qui m’a permis d’assister à une espèce de répétition générale de la Révolution universelle. Ce qui me frappe le plus c’est l’énorme malentendu qui commence à crever sur le monde, et auprès duquel celui de la Tour de Babel n’aura été que bagatelle »...

Quant à Yves, il « s’est conduit admirablement. Il a été nommé lieutenant – à la lettre – sur le champ de bataille, avec des citations très épatantes. À la tête de sa section, il a pris une mitrailleuse, et il a sauté le premier sur la pièce, tuant le tireur.

Par exemple le même garçon que tout le monde s’accorde à me peindre, sur le terrain, réfléchi, brave sans forfanterie, ménager de ses bonshommes, etc. etc. redevient chez nous le gosse impossible. [...] Si le mot de neutralité vous fait sourire, moi il me fait rigoler. Toutes ces nations mentent comme des chiennes. Il faut véritablement le voir pour le croire. Ce qu’on voit rappelle beaucoup Salambô et la description de la guerre inexpiable. Une vie humaine ne pèse plus rien. Les rares exemplaires de la presse française que je reçois me dégoûtent. Tous ces guignols nationalistes militaires ou civils, qui n’ont jamais osé risquer la guerre civile, et qui l’admirent bassement et servilement chez autrui me semblent plus répugnants que jamais. Leur rôle consiste à envoyer place de la Concorde des braves types désarmés. Ah ! les pitres ! »...

Il espère qu’on a publié à Paris son hommage à Ramiro Maetztu : « Sa Défense de la Hispanidad est un livre qui m’a comblé »...

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.