Lettres et Manuscrits Autographes

Live Auction
starts: June 24, 2011 @ 02:45 PM
Hôtel Régina - 2 Place des Pyramides - 75001 Paris
Available lot photos
49
Result
3,416 euros
Speciality
Other specialist areas
GUERRE DE 1870. Anatole LENOIR-VILLOING.Manuscrit autographe signé, Gien pendant...
GUERRE DE 1870. Anatole LENOIR-VILLOING.
Manuscrit autographe signé, Gien pendant la Guerre de 1870-71, précédé d'un préambule sur les commencements de la campagne, [Gien] 20 mars 1871 ; un vol. in-8, titre, VI-335 pp. chiffrées (les p. 216-223 ont cependant été arrachées et manquent, comme les pp. 301-328, soigneusement découpées), [3] pp. non chiff. de notes, [22] ff. vierges, suivis de [16] ff. tête-bêche ; avec un tirage photographique d'époque contrecollé p. 69 ( Aspect du pont de Gien après la retraite de Bourbaki, le 8 décembre 1870 ) ; reliure demi-basane brune de l'époque un peu usagée (qqs ff. détachés).

Intéressant manuscrit inédit sur la Guerre de 1870 à Gien et dans le Loiret, où Anatole Lenoir-Villoing, négociant à Gien, a voulu réunir à la fois des notes prises au jour le jour pendant les opérations, des souvenirs personnels et des documents officiels, de façon à donner une idée précise de la vie de Gien pendant la guerre.
L'auteur avertit bien, dans son avant-propos, que son manuscrit n'est pas destiné à l'impression, en dépit de la forme très apprêtée que revêtent les divisions de son manuscrit, d'une écriture fine et lisible, mais comportant de nombreuses biffures et ratures.

Après un préambule (p. 1-40) sur la déclaration de guerre, Sedan, la proclamation de la République, Gambetta et le gouvernement de la Défense Nationale, commencent vraiment avec le chap. I les choses vues par notre négociant, avec l'arrestation d'un espion prussien sur le quai de la gare ; l'intitulé des chapitres déroule les phases successives de l'occupation de la ville d'abord par les troupes prussiennes (le narrateur fut obligé d'en caserner onze chez lui), puis bavaroises, puis par les Hessois, le tout entrecoupé de rentrées provisoires des armées françaises.

I. Gien pendant la guerre. Hart, l'espion prussien. Les Francs-tireurs giennois. La Garde Nationale, son rôle et ses chefs (p. 43-66).

II. Les Prussiens marchent sur Gien. Entrée de l'ennemi. Le Conseil municipal. Monsieur Despond, sous-préfet de l'arrondissement et le général allemand. L'invasion (p. 67- 92).

III. Les Bavarois. Aspect des habitations. Le Faubourg du Berry. Fuite des Bavarois. La défense. Le colonel Carrière (p. 95- 117).

IV. Arrestation de Mr Despond. La Landwehr hanovrienne. Les Hessois. Suite de l'invasion. Proclamations prussiennes. Déroute de Briare. Deuxième entrée des troupes françaises (p. 118-141).

V. Les Hessois reviennent à Gien. Proclamation du général Rantzau. Mon départ. Nevers et le camp de Vernuche. Le général du Temple. Ma mission. L'armistice. Départ de l'armée prussienne (p. 142-164). Viennent alors des considérations sur la guerre et sa conduite, ce qu'on aurait dû faire, ce qu'il fallait éviter, la situation morale du pays (qui expliquerait la défaite), etc. :

VI. Mes idées sur la défense de Gien (p. 168-187).

VII. Les Français de 1870. Égoïsme et lâcheté. Nos officiers. L'Intendance militaire (p. 190-208).
Les chapitres suivants concernent le cas du sous-préfet Anatole Despond (1840-1916), conseiller général nommé par le gouvernement de la Défense Nationale le 14 septembre et qui fut déporté en Allemagne par ordre du prince Frédéric-Charles, et interné dans la forteresse de Weichselmünde du 9 janvier au 23 février 1871 :

VIII. Arrestation de Mr Despond. Détention du sous-préfet de l'arrondissement de Gien dans la forteresse de Weichselmünde (près Dantzig).
C'est une relation brève, mais censée écrite par l'intéressé lui-même (p. 212-215, les p. 216-223 ont été arrachées).

IX. Dépositions de plusieurs habitants de Gien à l'appui de la lettre adressée par Mr Despond, sous-préfet de Gien, au général prussien le 10 décembre 1870 et protestant contre des faits contraires aux lois de guerre (p. 224-230).

Suivent plusieurs copies de pièces officielles :
X. Extraits du serviCetélégraphique de la sous-préfecture de Gien du 23 octobre au 20 novembre 1870 (p. 236-251).

XI. Compte-rendu des séances du Conseil municipal de Gien pendant l'occupation prussienne, du 7 décembre 1870 au 27 février 1871 inclusivement (p. 257-292).

XII. L'engagement de Paillard entre l'armée prussienne et les avant-postes du 18e Corps commandé par le général Billot (p. 293-298).

Le chapitre XIII intitulé Mes Prussiens a été entièrement soustrait par découpe, avant la conclusion (p. 329-335) où le narrateur liste ses malheurs (le nombre de proches tués ou blessés, sa femme atteinte d'une balle perdue à l'entrée des Prussiens le 8 décembre, ses peurs... ) pour exhaler et sa haine de Napoléon III et son admiration pour Gambetta.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.