Lettres & Manuscrits Autographes

Live Auction
starts: December 17, 2014 @ 02:00 PM
Salle Rossini - 7, rue Rossini 75009 Paris
Available lot photos
8
Result
976 euros
Speciality
Other specialist areas
[Marc ALLÉGRET]. Plus de 265 lettres de jeunes femmes, la plupart L.A.S., adress...

[Marc ALLÉGRET]. Plus de 265 lettres de jeunes femmes, la plupart L.A.S., adressées à Marc Allégret, 1917-1973.

Correspondances amicales ou amoureuses. De nombreuses jeunes actrices se tournent vers Marc Allégret pour obtenir des recommandations ou de petits rôles de figuration, des conseils sur le métier, parfois des aides matérielles... Seules quelques-unes d’entre elles feront carrière. Des photographies ont souvent été jointes aux envois. La plus grande partie des échanges est constituée de déclarations d’amour de jeunes femmes, généralement éconduites ou déçues après une brève liaison. Quelques minutes et réponses de Marc Allégret complètent les dossiers.

Lettres de Sara Breitenstein (10), amie des frères Allégret, Marc et André, et d’André Gide (fille du pasteur chez lequel Marc et Gide séjournent lors de leur passage en suisse à Genève en 1917, elle aurait inspiré le personnage de Sarah Vedel dans Les Faux-monnayeurs). Un temps engagée avec André Allégret (il aurait été question de fiançailles), elle fut un motif de jalousie entre les deux frères... 13 août 1917. Navrée qu’il ait pu la croire beaucoup plus liée à André que ce qu’elle n’est en réalité : « Mais je voudrais que nous soyons amis à 3. Et André n’a pas eu de peine à le comprendre – je crois »... 28 janvier 1918, quelques temps avant l’escapade de Gide et Allégret en Angleterre : « Oh, petit tendre, ne pourras-tu pas venir un jour ou deux, cet été ou n’importe-quand-bientôt ! Tu ne peux t’imaginer ce que je me sens loin de vous deux malgré notre grande affection. Il faut absolument que tu viennes avant d’aller en Angleterre. C’est impossible que nous restions si longtemps sans nous voir. Puisqu’André ne peut pas venir, lui, et que toi tu pourrais un peu plus facilement, il faut que tu viennes. Est-ce que tu t’imagines partant en Angleterre et puis après au front sans être revenu à Rosemont ! [...] Et puis, à moins que cela soit indiscret, j’aimerais tant que tu me parles d’oncle André [Gide] – je le connais si peu »... – « tu crois que mon affection pour A. a augmenté, elle a diminué pour toi, mais, mon chéri, comme tu te trompes. Tu es mon petit tendre rien qu’à moi, et toi seul – et l’affection que j’ai pour toi, elle est toute différente de celle pour A. et en rien comparable »...

Correspondance affectueuse et amoureuse avec Bronja Perlmutter (maîtresse de Raymond Radiguet, puis épouse de René Clair) : 36 lettres de Bronja (plus 2 lettres de sa sœur Tylia), 1922-1924 et s.d., et 21 lettres de Marc Allégret à Bronja (et 12 négatifs photogr.).

Importante correspondance de Colette Richard (56 lettres, 1943-1944), qui tourna dans Les Petites du Quai aux fleurs, Lunegarde, deux films évoqués dans ces lettres, puis dans Un drôle de dimanche... Si certains courriers sont enjoués lorsqu’elle reçoit des nouvelles de M. Allégret, la plupart le réprimandent pour son silence, son indifférence et ses multiples conquêtes... « Vous avez rencontré beaucoup de filles dans votre vie et vous en rencontrerez encore beaucoup. Mais aucune ne vous aime, ou ne vous aimera aussi simplement et aussi sincèrement que moi. Je ne vous aime pas parce que vous êtes Marc Allégret le metteur en scène, l’homme célèbre et connu, je vous aime pour vous, pour vous seul, et vous auriez autant compté dans ma vie si vous aviez été n’importe qui. Et ça me dégoûte quand je pense aux filles qui vous font des sourires en pensant à un rôle futur [...]. C’est navrant, mais c’est la vie »... Plus une lettre dactylographiée de Marc au début de leur relation : « Je t’aime beaucoup c’est bien ennuyeux pour toi mais c’est comme ça il n’y a rien à faire je t’embrasse très fort encore plus fort moi aussi à perdre haleine »...

On trouve également des correspondances d’Yvonne Couve (20, 1926-1928, plus 3 brouillons de réponse de Marc Allégret mettant au clair les termes de leur relation), Denise David (7, 1943-1944), la danseuse Roussia Del Vardy (5, 1936-1940, et cahier manuscrit), Josette Fleitoux (5, et cahier manuscrit), Michèle Galand (8, 1943-1944, évoquant notamment son rôle dans Béatrice devant le désir, film de Jean de Marguerat), Jacqueline Huet (3), Louisette Laguilhon (85, 1972-1973), Armelle Lee Hoo (14, février-juin 1944), Katia Tolstoï (8, janvier-avril 1947, et 1 de 1963 comme Mme Armand Lanoux), etc. D’autres lettres de femmes dont on ne connaît que le prénom, telle Joyce, jeune femme rencontrée en Angleterre lors du séjour avec Gide (12, 1925), Josiane (avec un manuscrit Récit de Josiane, 1970), Kristobine, Lily, Nicole, Sara, etc.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.