Lettres & Manuscrits Autographes

vente live: mardi 6 mai 2008 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Images du lot disponibles
38
Résultat
780 euros
Specialité
Autres thèmes
THOMAS BUGEAUD (1784-1849) maréchal. L.S., Alger 15 juillet 1845, au baron Charl...
THOMAS BUGEAUD (1784-1849) maréchal. L.S., Alger 15 juillet 1845, au baron Charles Dupin ; 6 pages et demie in-4, en-tête Gouvernement-Général de l'Algérie.

THOMAS BUGEAUD (1784-1849) maréchal. L.S., Alger 15 juillet 1845, au baron Charles Dupin ; 6 pages et demie in-4, en-tête Gouvernement-Général de l'Algérie.

Longue et intéressante lettre sur la vaste et difficile question de l'Afrique . Il félicite vivement Dupin de son discours à la Chambre des Pairs dans la discussion des crédits extraordinaires. Vous avez montré que vous étiez assez bien informé de la marche de la colonisation, qui est infiniment loin d'être aussi mauvaise que l'a prétendu après vous M. le Lt Général Cubières […] Il a prétendu que les tribus arabes formaient autant de phalanstères […], il n'y a pas un mot de vrai ; presque partout la propriété est divisée, et chacun travaille pour son compte. Les arabes ont trop de bon sens et n'ont pas assez étudié dans les livres pour se faire phalanstériens ; ils ont des idées simples et justes [...] Les propriétés communales ellesmêmes sont divisées pour l'année par le Caïd, et en raison des forces en hommes et en attelages de chaque tente … Il explique la politique de la répartition de la population, conteste avoir bénéficié de moyens immenses , et cite les effectifs précis dont il a disposé depuis son arrivée en Afrique en février 1841... c'est quelque chose que de combattre 15 ou 20,000 Kabyles dans les âpres montagnes du Jurjura, comme nous l'avons fait au mois de mai 1844. Il en est d'autres, dans votre Chambre même ou dans les divisions militaires, qui ont essuyé de bonnes déroutes devant les Arabes et les Kabyles ; ceux-là n'oseront pas tenir le langage de Cubières et de Castellane qui ne se sont jamais essayés contre les Africains … Il reste encore à soumettre un pâté montagneux de quelque 70 lieues sur 30 à 35 lieues, au milieu des territoires soumis, pour consolider leur conquête : eh ! bien, puisque vos généraux de la Chambre trouvent que c'est si facile je consens volontiers à ce qu'on les en charge, et je voterai pour qu'on leur donne 15 à 20,000 soldats pour cette oeuvre …
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.