Livres Anciens & du XIXe Siècle

vente live: mercredi 14 mai 2014 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Images du lot disponibles
45
Estimation
300 - 400 euros
Specialité
Autres thèmes
DÉSORGUES (Théodore). Mon conclave, suivi des Deux Italies. Paris, chez les marc...
DÉSORGUES (Théodore). Mon conclave, suivi des Deux Italies. Paris, chez les marchands de nouveautés, s.d. [1799]. In-8, demi-maroquin rouge, dos orné de caissons à froid, tête dorée, non rogné (Lortic). Édition originale peu commune de ce recueil poétique dans lequel, outre Mon conclave et Les Deux Italies, « on trouve un Chant funèbre (très injurieux) pour les manes de Pie VI », écrit Quérard. ¶ Médecin aixois devenu poète révolutionnaire, Théodore Désorgues (1764-1808) connut son heure de gloire lorsque le peuple de Paris chanta son Hymne à l'Être suprême le 20 prairial de l'an II. Mais, demeuré républicain après le 18 Brumaire, il rédigea alors des chansons tournant en dérision le Premier Consul – « Napoléon, ce grand caméléon » notamment – qui lui valurent d'être enfermé jusqu'à sa mort à Charenton. ¶ Agréable exemplaire bien établi par Lortic, provenant des bibliothèques Asselineau (1875, n°159) et Bordes de Fortage (1925, II, n°1901), avec ex-libris. ¶ Insignifiant accroc sur un nerf, quelques piqûres éparses. ¶ Quérard, II, 525.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.