Livres Anciens & du XIXe siècle Livres de fêtes

vente live: vendredi 27 juin 2014 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Images du lot disponibles
9
Résultat
4,880 euros
Specialité
Autres thèmes
[BECCARIA (Cesare)]. Traité des délits et des peines. Traduit de l'italien, d'ap...
[BECCARIA (Cesare)]. Traité des délits et des peines. Traduit de l'italien, d'après la troisième édition, revue, corrigée et augmentée par l'auteur. Avec des additions de l'auteur, qui n'ont pas encore paru en italien. Lausanne, s.n., 1766. In-12, veau blond marbré, dos lisse orné, tranches rouges (Reliure de l'époque). Édition originale de la première traduction française, par l’abbé Morellet, de cet ouvrage essentiel pour le droit pénal moderne. ¶ Beccaria y montre les iniquités de la justice criminelle, par l'inégalité devant le châtiment, l'atrocité des supplices, les peines infamantes, etc. Il demande la proportionnalité des peines et des délits, la séparation du pouvoir judiciaire et du pouvoir législatif. ¶ Précieux exemplaire offert par Morellet à Jean-Sylvain Bailly, célèbre astronome et premier maire de Paris, avec sa signature autographe sur le titre. Revenu après son exécution en possession de l'abbé Morellet, celui-ci a inscrit sur un feuillet de garde : cet exempl. de ma traduction a appartenu au malheureux Bailly, mon confrère à l'Académie, qui le tenoit de moi. Morellet. ¶ Cette association du nom et du sort de Bailly au Traité des délits et des peines de Beccaria, le premier publiciste à mettre en doute la légitimité de la peine de mort, est particulièrement frappante. Voulant contenir l’agitation républicaine à Paris après la fuite à Varennes, Jean-Sylvain Bailly (1736-1793) proclama la loi martiale dans sa ville de Paris et fut à l'origine de la fusillade du Champ-de-Mars. Ayant démissionné de ses fonctions en novembre 1791, il fut arrêté en juillet 1793 ; son refus de témoigner à charge lors du procès de Marie-Antoinette provoqua alors sa perte : il fut sommairement jugé les 9 et 10 novembre 1793 et exécuté dès le lendemain sur le Champ-de-Mars, où avait symboliquement été déplacée la guillotine. ¶ Le volume appartint ensuite au duc de Montpensier, Antoine d'Orléans (1824-1890), avec ex-libris à San Telmo, qui l'offrit à son ancien précepteur en y inscrivant cet envoi : Souvenir de la triste journée du 17 janvier 1871, à mon excellent ami Antoine de Latour, Antoine d'Orléans, San Telmo, 17 janvier 1871. ¶ Celui qui avait accompagné le fils de Louis-Philippe lors de son voyage en Orient comme dans son exil espagnol, Antoine Tenant de Latour (1808-1881), est par ailleurs l'auteur de la traduction de Mes Prisons de Pellico en 1833. ¶ Des bibliothèques Georges Emmanuel Lang (1926, II, n°333) et E. Bruell, avec ex-libris. ¶ Second plat taché, mors restaurés.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.