Livres anciens du XVIe au XIXe siècle

compte à rebours:
vente live: mercredi 7 avril 2021 à 14h00
Images du lot disponibles
37
Résultat
2,500 euros
Specialité
Livres anciens du XVe au XIXe siècle
Thème
17
RODRÍGUEZ (Alonso).
Pratique de la perfection chrestienne et religieuse. Troisième et dernière partie.
Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 1679. In-4, maroquin rouge, triple filet droit et pointillé bordé d'une roulette, important encadrement au filet droit et courbe et aux petits fers dorés agrémenté de fers de crosses abbatiales, de fleurs et de fleurs de lis, armoiries au centre, dos orné, roulette sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (Reliure de l'époque).
Édition originale de la meilleure traduction française, donnée par l'académicien François-Séraphin Régnier-Desmarais.
Une vignette de
François Chauveau gravée par Louis Cossin ouvre le texte.
Le jésuite espagnol Alonso Rodríguez (1537-1616) fut professeur de théologie morale au collège de Monterey, puis maître des novices et recteur dans le même établissement, et enfin père spirituel à Cordoue.
L'
Exercicio de perfeción y virtudes cristianas est son principal ouvrage ; il fut réimprimé et traduit à de nombreuses reprises depuis l'édition originale donnée à Séville en 1609. D'après Sommervogel, la version de Régnier-Desmarais est la sixième et la meilleure traduction française de l'ouvrage.
Précieux exemplaire en maroquin rouge richement décoré aux armes de Marie-Madeleine de Rochechouart, abbesse de Fontevraud.
Sœur cadette de Madame de Montespan, Marie-Madeleine de Rochechouart de Mortemart (1645-1704) se distinguait par son esprit, son instruction et sa piété, mais aussi par sa beauté. Elle préféra toutefois fuir les fastes de la cour et prit le voile au monastère de Notre-Dame-du-Bois en 1664. En 1670, Louis XIV en fit la « reine des abbesses » en la nommant supérieure générale de l'abbaye royale de Fontevraud, position qu'elle occupa jusqu'à sa mort.
Selon Saint-Simon, « son esprit surpassait celui de ses sœurs, et elle y joignait un savoir fort et étendu ». Très versée dans l'étude de la philosophie et des langues, elle traduisit les trois premiers livres de l'
Iliade et, avec Racine, Le Banquet de Platon. Louis XIV, qui l'appelait « la perle des abbesses », lui conserva « une estime et une amitié que ni l'éloignement de Madame de Montespan, ni l'extrême faveur de Madame de Maintenon, ne purent émousser », écrit encore le mémorialiste.
Cette provenance est très rare.
Ex-libris manuscrit de
Marguerite Thibeault, de Saumur, daté de thermidor an IX (1801) sur les premières gardes et le titre.
Troisième et dernier tome présenté seul. Charnières et coins frottés, discrètes fentes aux mors et légers frottements sur les plats, petite mouillure angulaire aux premiers feuillets.
Sommervogel, VI, 1954 – OHR, 721 (variante entre 1 et 2).
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.