Livres anciens et du XIXe siècle

Live Auction with pre-bidding
pre-bidding:
Live Auction : June 21, 2022 @ 02:00 PM
Available lot photos
51
Result
12,500 euros
Speciality
Rare Books from 15th- 19th century
Theme
anciens
[MANUSCRIT ALCHIMIQUE].
La Vraye pratique de la noble science d’Alchimie de Nicolas Flamel [ou le Livre des Laveures]. [Suivi des figures du Rosarium philosophorum].
Manuscrit de la fin du XVIIe siècle. 2 parties en un volume in-4 de [1] f., 138 pp., [23] ff., veau fauve, dos orné, tranches jaspées (Reliure de l'époque). Précieux manuscrit alchimique du xviie siècle sur la transmutation des métaux, réunissant le texte du Livre des Laveures et la suite de vingt figures hermétiques du Rosaire des philosophes.
La première partie de l'ouvrage contient une copie intégrale de
La Vraie pratique de la noble science d’Alkimie, ou Livre des Laveures. Formant 138 pp. écrites lisiblement, cette partie est précédée d'un titre ainsi libellé : Le Livre vray et legitime de Nicolas Flamel écrivain de la parroisse de St. Jacques de la Boucherie a Paris qui a été extrait, coppié et collationné fidellement sur le vray Original estant en parchemin écrit de sa propre main signé et approuvé de luy touchant le secret de la science d'Alchimie, pierre et medecine des philosophes, qui montre le droit chemin qu’il y faut tenir, et la maniere de travailler audit secret avec les raisons probables selon le dire enigmatique de tous les philosophes anciens.
Pourtant, suivant Didier Kahn, si « une tradition manuscrite fluctuante attribuait tantôt à Arnaud de Villeneuve, tantôt à Flamel, un texte aujourd'hui connu sous le nom de Livre des laveures, intitulé le plus souvent dans les manuscrits La vraie pratique de la noble science d'alchimie, ce traité n'est autre qu'une traduction du Rosarius du XIVe siècle attribué dans les manuscrits latins à John Dastin, alchimiste du même siècle dont on ne sait presque rien. L'attribution de cette version française à Flamel est le fait d'un faussaire qui, sur un manuscrit du XVe siècle aujourd'hui conservé à la Bibliothèque Nationale (Ms. fr. 19978), gratta le nom du possesseur et le remplaça par celui de Flamel. »
Personnage à la fois mythique et entouré de mystère, Nicolas Flamel (vers 1330-1418) fut écrivain public, copiste et libraire-juré. Un bon mariage et de fructueux investissements dans la pierre lui assurèrent l'aisance financière qui est à l'origine de sa réputation d'alchimiste, de sorte que plusieurs traités hermétiques lui furent attribués du XV
e au XVIIe siècle.
On peut rapprocher le présent manuscrit du Ms. fr. 19978 de la BnF, avec lequel il présente quelques variantes, dues probablement à des erreurs de transcription, mais aussi à une copie du XVII
e siècle conservée au Muséum d’histoire naturelle (Ms. 2143).
Il comporte toutefois, à la fin du texte, une souscription qui semble originale :
L’original de ce present livre [estoit] ecrit en parchemin contenant cinquante six feuillets, [et il] a esté trouvé [une seconde fois dans un tombeau] par Mre. Nicolle le questier prestre organiste [homme noir agé de 35 ans] demeurant au bourg d’Orsfey au pays de Caulx, tirant de Rouen a Dieppe, homme aagé de trente cinq ans en l’année 1611, noir de poil qui la recouvert du sien cousin porte Croix de St. Jacques de la boucherie qui l’a trouvé au sepulchre dud. Flamel. Les passages entre crochets sont des ajouts d’un second scripteur, qui a inscrit à la suite cette note relative au cousin de Nicole Le Questier : nommé Pierre Le questier en l’année 1611 deux ans après la mort de son dit cousin quy avoit esté enterré au dit bourg d’Orfey et moy [nom biffé] gentilhomme [mention biffée] ay copié le manuscrit en passant dans ledit pais l’an 1673 pour aller au bailliage dair y plaider ay copié moy même le present traité chez le notaire d’Orfey et luy donnai trante deux [mot biffé] valents chacun [mot biffé] et ledit traité estoit d’un si vieux gaulois qu’on ne pouvait quasi plus l’entendre en sorte que j’ay eü même bien de la peine a le mettre en bon françois.
La seconde partie du manuscrit contient une suite de vingt et un fascinants dessins originaux à la plume, dont cinq rehaussés de lavis gris (fig. 15, 17-20). Vingt de ces dessins reproduisent avec fidélité les bois gravés détaillant l’opération de la transmutation des métaux que l'on trouve dans l’édition princeps du Rosarium philosophorum, publiée à Francfort en 1550 par Cyriacus Jacobus. Les rares manuscrits illustrés que l'on connaisse de cet ouvrage (tel le Ms. fr. 14798 de la BnF) sont postérieurs à l’édition imprimée.
Le premier dessin qui orne notre manuscrit, p. [143], n’appartient pas à l’illustration originale du
Rosarium philosophorum. De source inconnue, il représente, dans un médaillon circulaire, un personnage tricéphale entouré d’attributs élémentaires.
Les vingt dessins suivants, de belles dimensions, reproduisent l’ensemble des bois gravés de l’édition de Cyriacus Jacobus, à l’exception de la gravure qui en orne la page de titre. Ils sont accompagnés de légendes en français traduites de l’original allemand. Un béquet manuscrit postérieur, en tête de la partie, les assimile indûment aux
Figures Hiéroglyphiques de Nicolas Flamel.
Important et très rare manuscrit alchimique en séduisante condition.
Manque à la coiffe de tête, un mors fendillé, tache au premier plat. Le relieur a rogné quelques lettres des légendes accompagnant les dessins.
Didier Kahn, Nicolas Flamel, Écrits alchimiques, Paris, Les Belles Lettres, 1993, pp. 111-112 – id., « Un témoin précoce de la naissance du mythe de Flamel alchimiste », Chrysopœia, n°5, 1992-1996, pp. 387-429) – id., « Alchimie et littérature à Paris en des temps de trouble », Réforme, Humanisme, Renaissance, n°41, 1995, pp. 75-122.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.