LIVRES ANCIENS ET DU XIXe SIÈCLE

mardi 21 juillet 2020 à 14h00
Librairie Giraud-Badin – 22 rue Guynemer 75006 Paris
Images du lot disponibles
10
Estimation
1,000 - 1,200 euros
Specialité
Autres thèmes
EUCLIDE. Elementorum liber decimus, Petro Montaureo interprete. Paris, Michel de...

EUCLIDE. Elementorum liber decimus, Petro Montaureo interprete. Paris, Michel de Vascosan, 1552. In-4, demi-basane marbrée avec coins, dos orné, tranches lisses (Reliure italienne du XVIIIe siècle).

Édition originale de la traduction latine et du commentaire du dixième livre d'Euclide par Pierre de Montdoré.

L'édition connut deux émissions – la première en 1551, la seconde en 1552 – en tous points identiques, à l'exception du millésime imprimé sur le titre. Elles sont toutes deux extrêmement rares : les répertoires internationaux recensent douze exemplaires de la première dans les collections internationales (USTC, n°154133), mais deux exemplaires seulement de la présente réémission (USTC, n°151102), à la Bnf et à la Houghton Library.

Le commentaire de Montdoré est intercalé en italiques dans le texte d'Euclide, imprimé en romains, illustré de nombreux diagrammes gravés sur bois et précédé d'une importante préface dédiée au cardinal Jean du Bellay.

Le livre X est le plus volumineux et le plus complexe des treize livres des Éléments d'Euclide, l'un des plus importants traités mathématiques occidentaux. Il a pour objet la classification des grandeurs irrationnelles en fonction de la complexité avec laquelle elles ont été formées, au moyen de la somme, la différence et la racine carrée.

Magistrat au grand Conseil, Pierre de Montdoré avait, en cette même année 1552, succédé à Pierre Duchâtel à la tête de la librairie royale de Fontainebleau. Ses convictions protestantes, ainsi qu'un libelle sur l’assassinat du duc de Guise qu'il fit imprimer chez Robert Estienne, lui coûtèrent son poste en 1567. Il se réfugia alors à Orléans, puis à Sancerre, où il mourut en 1570. Sa remarquable collection de livres et d'instruments scientifiques fut pillée peu après la Saint-Barthélémy.

De la bibliothèque Giordano Riccati, avec ex-libris. Physicien, architecte et théoricien de la musique, Giordano Riccati (1709-1790) est issu d'une importante famille de mathématiciens et polygraphes trévisans du XVIIIe siècle. Les travaux de son père Jacopo et de son frère Vincenzo sur les équations différentielles (d'où l'équation de Riccati), notamment, sont demeurés célèbres, de même que ses propres recherches sur les mathématiques des systèmes acoustiques. En architecture, on lui doit entre autres les plans de la cathédrale et des églises Saint-Théoniste et Sant'Andrea in Riva de Trévise.

Bel exemplaire d'intéressante provenance scientifique.

Petites réfections au verso du titre sans atteinte au texte, quelques piqûres éparses. Gardes blanches renouvelées.

Thomas-Stanford, IV, n°13 – Adams, E-1014 – Léon Dorez, « Pierre de Montdoré maître de la librairie de Fontainebleau (1552-1567) », Mélanges d'archéologie et d'histoire, 1892, XII, pp. 179-194 – Davide Bonsi (dir.), Giordano Riccati, illuminista veneto ed europeo, Florence, 2012, passim.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.