LIVRES ANCIENS ET DU XIXe SIÈCLE

mardi 21 juillet 2020 à 14h00
Librairie Giraud-Badin – 22 rue Guynemer 75006 Paris
Images du lot disponibles
24
Résultat
10,000 euros
Specialité
Autres thèmes
[RONSARD (Pierre de)]. Abbregé de l'Art poëtique françois. Paris, Gabriel Buon, ...

[RONSARD (Pierre de)]. Abbregé de l'Art poëtique françois. Paris, Gabriel Buon, 1565. In-4 de 14 ff., vélin souple, décor à la Du Seuil, dos lisse muet (Reliure moderne).

Édition originale de toute rareté d'un des fleurons de la bibliographie ronsardienne.

Réimprimé à Rouen en 1565 et 1566, le texte sera joint aux œuvres de Ronsard dans l'édition collective de 1567, mais il en sera retranché par le poète après la cinquième collective de 1578.

On ne connaît que 7 exemplaires de cette plaquette, outre celui-ci, qui est probablement le seul en mains privées : 4 en France (BnF, Bourges, Carcassonne, Chambéry), un aux Pays-Bas (BU Leyde), et 2 aux États-Unis (Houghton Library, Pierpont Morgan).

Elle manque notamment aux prestigieuses collections Barbier-Mueller et Bonna.

Dans cet exemplaire comme dans les sept autres connus, le nom de Ronsard ne figure pas sur le titre, mais celui-ci comporte, à l'instar des exemplaires de Leyde et de Carcassonne, l'indication Par P. de R. Gentil-homme Vandomois au second feuillet. Pour le reste, il est conforme à l'état A décrit par François Rouget, à l'exception du f. 3v° (état intermédiaire entre A et B) et du f. 4r° (état B).

L'Abbregé de l'Art poëtique françois est ce que Ronsard a composé de plus proche d'un « art poétique », en dépit de sa brièveté. Ce petit traité délivrant des conseils à un apprenti poète est dédié à Alphonse Delbene, abbé de Hautecombe en Savoie. C'est un résumé de l'Art poétique françois de Thomas Sébillet, publié en 1548. Son intérêt, pour Ronsard, est politique : le poète y prend position contre les attaques qu'il avait subies de détracteurs protestants en 1562-1563 alors qu'il faisait paraître ses Discours, poursuivant la querelle sur le plan littéraire pour contourner l'édit royal contre les libelles de 1563.

Selon François Rouget, il faut voir dans ce compendium « l'héritage le plus significatif de la prose ronsardienne, qui est tout à la fois une méditation sur la tradition littéraire, une réplique au débat politique contemporain, et une leçon de poétique léguée à la postérité. »

Le f. 13 a été relié par erreur entre les ff. 8 et 9 ; restaurations angulaires aux ff. 13 et 14 (touchant une lettre du privilège).

F. Rouget, « Ronsard correcteur de l'Abbregé de l'Art poëtique françois », L'Année ronsardienne, n°1, 2019, pp. 181-194.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.