Livres Anciens et du XIXème Siècle - 1ère Partie

mercredi 19 décembre 2012 à 14h00
Hôtel Régina, 2, place des Pyramides, 75001 Paris
Images du lot disponibles
15
Résultat
960 euros
Specialité
Autres thèmes
CONFUCIUS.Le Chou-King, un des Livres sacrés des Chinois, qui renferme les Fonde...
CONFUCIUS.
Le Chou-King, un des Livres sacrés des Chinois, qui renferme les Fondements de leur ancienne Histoire, les Principes de leur Gouvernement & leur Morale.
Paris, N. M. Tilliard, 1770.
In-4, veau fauve, roulette dorée en encadrement, dos orné de fleurons dorés, tranches marbrées (Reliure de l'époque).

Cordier, I, 1376. Édition originale de la première traduction imprimée du Chou-King, le premier des Cinq Classiques (Wu King) de Confucius traduit en langue occidentale. Outre cette traduction, due au Père Antoine Gaubil, grand orientaliste jésuite, cette édition comprend les Discours prwéliminaires ou Recherches sur les tems antérieurs à ceux dont parle le Chou-king & sur la mythologie chinoise du missionnaire Joseph-Henri de Prémare, transmis à Joseph de Guignes par le Comte du Lude. Elle comprend également une Notice du livre chinois nommé Y-King, ou Livre canonique des changemens, avec des notes, par l'évêque de Claudiopolis, Claude Visdelou. Elle est en outre illustrée de 4 planches d'instruments, étendards et insignes de cérémonie. Le Chou-King est, avec le Yi-King et le Shi-King, l'un des trois plus anciens livres canoniques chinois. Il fut restauré en 176 avant Jésus-Christ, d'après deux exemplaires préservés de l'incendie commandité par Tsin Chi Houang pour détruire tous les ouvrages de Confucius et Mencius. Son premier traducteur occidental, le jésuite Antoine Gaubil (1689-1759), avait été envoyé en Chine en 1723 pour servir d'interprète des Européens à la Cour impériale ; il s'y attacha à comprendre et expliquer les sciences chinoises et envoya depuis Pékin le manuscrit de ses mémoires et de sa traduction du Chou-King, qui fut enrichie par Joseph de Guignes, célèbre orientaliste et interprète ès langues orientales, grâce à un document chinois conservé à la Bibliothèque royale. Reliure frottée, coiffe de tête et pièce de titre manquantes, deux mors fendus, quelques rousseurs.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.