Livres Anciens et du XIXème Siècle - 1ère Partie

vente live: mercredi 19 décembre 2012 à 14h00
Hôtel Régina, 2, place des Pyramides, 75001 Paris
Images du lot disponibles
25
Résultat
720 euros
Specialité
Autres thèmes
GRAFFIGNY (Françoise de).Lettres d'une Péruvienne. Nouvelle édition, augmentée d...
GRAFFIGNY (Françoise de).
Lettres d'une Péruvienne. Nouvelle édition, augmentée d'une suite qui n'a point encore été imprimée.
Paris, P. Didot l'aîné, an V - 1797. 2 volumes in-18, cuir de Russie rouge, filet doré en encadrement, dos lisse orné de faux-nerfs, coiffes et coupes des coins guillochées, filet doré intérieur, tranches dorées (Reliure de l'époque).

Cohen, 447-448 — J. Sauzay, « Le Baron A. Martin de Gray », Annales franc-comtoises, 1864, t. II, pp. 49-67. Très jolie édition appartenant à la collection dite de Bleuet. Elle est ornée d'un portrait de l'auteur par R. de Launay et de 8 charmantes figures hors texte de L.-J. Lefèvre gravées en taille-douce par J.-J. Coiny. Exemplaire en fine reliure de l'époque comprenant la suite des gravures en épreuves avant la lettre. RAVISSANT EXEMPLAIRE ENRICHI D'UNE ARIETTE MANUSCRITE, OFFERT À JULIE MARTIN PAR SON JEUNE ÉPOUX, LE CONVENTIONNEL FRANC-COMTOIS ALEXANDRE MARTIN DE GRAY. Ce dernier a fait ajouter au premier volume une pièce de musique notée très finement calligraphiée (4 ff.), titrée en manière de dédicace À Madame Julie Martin. Dans les paroles de cette chanson tendre, notées sous les partitions, l'homme politique franc-comtois rapproche les pleurs que suscitera les Lettres d'une Péruvienne chez sa jeune épouse de ceux qu'elle verse en sachant absent son Alexandre (qui signe ainsi discrètement son ariette et par la même occasion son présent), qu'un travail assidu éloigne de sa femme. Selon Jules Sauzay, Alexandre Martin avait épousé Julie Febvre quelques mois après avoir été nommé maire de Gray, en 1805. Libéral puis fervent bonapartiste, le baron Alexandre-François-Joseph Martin (1773-1864) fut député conventionnel de Haute-Saône, puis maire de la ville de Gray, qui fit de sa demeure un musée en 1901. Le Baron Martin, qui semble avoir été très lié à Charles Weiss, fut notamment reçu philadelphe en brumaire an VIII (cf. Nodier, Correspondance de jeunesse, Droz, 1995, t. I, p. 121, n. 7).
Très belle condition malgré quelques infimes rousseurs.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.