Livres choisis du XVe au XIXe siècle

Live Auction
starts: December 8, 2014 @ 02:00 PM
Salle Rossini - 7, rue Rossini 75009 Paris
Available lot photos
23
Estimation
2,500 - 3,000 euros
Speciality
Other specialist areas
BEVERLAND (Adriaan). De Stolatæ virginitatis jure. Leyde, Johann Lindan, 1680. –...

BEVERLAND (Adriaan). De Stolatæ virginitatis jure. Leyde, Johann Lindan, 1680. – [BEVERLAND]. Peccatum originale. Eleutheropoli..., 1678. – RIJSSEN (Leonard van). Justa detestatio sceleratissimi libelli Adriani Beverlandi, icti. De peccato originali. Gorinchem, Cornelis Lever, 1680. – BEVERLAND. De fornicatione cavenda admonitio, sive adhortatio ad pudicitiam et castitatem. [Hollande], juxta exemplar londiniense, 1698. 4 ouvrages en un volume petit in-8, maroquin rouge, triple filet doré avec fleurettes d'angles, armoiries au centre, dos orné aux petits fers, pièce de titre havane, filet sur les coupes, tranches dorées sur marbrure (Reliure de l'époque).

Précieuse réunion des trois traités majeurs de Beverland, dissertations hérétiques et licencieuses d'une insigne rareté. 

Le volume renferme les éditions originales des ouvrages De Stolatæ virginitatis jure et Peccatum originale, tous deux fort érudits et rien moins que chastes. 

Le second, en particulier, avance des idées plus qu’audacieuses sur la nature du péché originel, réduit par l’auteur à la concupiscence sexuelle d’Adam et Ève et de leurs descendants.

On l'a fait suivre dans cet exemplaire de l'édition originale – « plus rare encore », selon Debure – de sa réfutation par Leonard van Rijssen, qui fut elle aussi condamnée par Rome. 

Le volume s'achève avec la seconde édition augmentée du traité De fornicatione cavenda admonitio, présentée ici dans son meilleur tirage. Dans cet opuscule, Beverland se repent de ses précédents écrits et, sincèrement ou non, condamne lui-même son Peccatum originale. 

Cultivant avec bonheur l'érudition libertine, passionné par Ovide, Catulle et Pétrone, l'avocat flamand Adriaan Beverland (1650-1716) fut contraint à l'exil après que le tribunal de l'Université de Leyde eut jugé hérétiques et licencieux ses ouvrages. Poussé à la rétractation, l'écrivain s'exila à Utrecht, où il récidiva ; puis à Londres, où son ami Isaac Vossius lui trouva une pension. Il y termina ses jours dans une profonde détresse morale et financière.

Somptueux exemplaire en maroquin du temps provenant de trois des plus prestigieuses collections françaises du xviiie siècle : aux armes du comte d'Hoym (1738, n°636), qui le tenait de la vente Cisternay Du Fay (1725, n°803), ce volume a ensuite probablement figuré dans la collection de l'Abbé Rothelin (1746, n°1148) – témoignant ainsi de l’intérêt marqué des grands curieux du XVIIIe siècle pour les textes hétérodoxes. 

De la bibliothèque Langlois (1974, n°32), avec ex-libris. 

Fente au mors supérieur sur un caisson, infimes usures aux coins et attaches de nerfs. 

Caillet, I, n°1124 – Brunet, I, 837 – Gay-Lemonnyer, I, 819 – Debure, nos 852-856.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.