Livres Choisis, Livres Maçonniques

vente live: jeudi 6 juin 2013 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Images du lot disponibles
35
Résultat
25,200 euros
Specialité
Autres thèmes
BALZAC (H. de).Romans et contes philosophiques.Paris, Charles Gosselin, 1831, 3 ...
BALZAC (H. de).
Romans et contes philosophiques.
Paris, Charles Gosselin, 1831, 3 vol. in-8°, brochés, couvertures.

ÉDITION EN PARTIE ORIGINALE des Romans et contes philosophiques.
La Peau de chagrin, publiée seule la même année, justifie la mention de seconde édition qui apparaît aux titres des trois volumes.
Les douze autres textes, parmi lesquels Le Chef-d’œuvre inconnu, paraissent ici pour la première fois. Balzac conteur : « du spectacle du monde au sens de la vie ».
Précédé du parfum de scandale qui accompagna la parution, en 1830, de sa Physiologie du mariage, Balzac entre dans les premiers rayons de la gloire.
Les salons le réclament ; il y donne libre cours à son talent de conteur. En quelques mois, plusieurs dizaines de récits voient le jour.
Ceux-ci, repris dans la presse, fascinent par leur verve, leur fantaisie et parce que s’y exprime tout le romantisme de l’époque.
Cependant, bien plus que de simples romans nés de la seule imagination, fût-elle féconde, ces textes ont pour Balzac une dimension philosophique, à la manière de celle que Voltaire avait donnée à ses Contes : La Peau de chagrin, le Chef-d’œuvre inconnu, Étude de femme, pour ne citer que les plus fameux, seront réunis avec Les Nouveaux Contes philosophiques, en 1835, parmi les Études philosophiques de La Comédie humaine. Chaque volume est orné d’un frontispice par Tony Johannot, tiré sur chine volant.
L’exemplaire du caricaturiste Charles Philipon, avec sur le faux-titre du premier volume, cet envoi de Balzac : à M. Ch. Philippon [sic], témoignage / d’amitié de l’auteur. « Mon cher Ponpon, duc de lithographie, marquis du dessin […], chevalier des caricatures et autres lieux… » Ainsi, en 1841, Balzac s’adresse-t-il à son ami, Charles Philipon.
Les deux hommes se sont rencontrés à la toute fin des années 1820, au moment où Philipon invente avec La Silhouette, la presse d’images. Lithographe de grand talent, Philipon est aussi un homme de presse et un caricaturiste de génie qui, à l’instar de Daumier, comprend que la moquerie maniée à la pointe du crayon peut être une arme redoutablement efficace mise au service des idées politiques. Balzac collabore brièvement à ce journal avant qu’il ne cesse de paraître.
Dès l’année suivante, en dépit de leurs divergences d’opinions
– Balzac est légitimiste, Philipon républicain –, ils s’associent pour lancer La Caricature.
Journal politique, moral et littéraire.
Il en donne le texte du prospectus et, sous divers pseudonymes, de très nombreuses contributions.
Y collaborent aussi les grands noms de l’illustration du XIXe siècle, tels Daumier, Grandville, Traviès ou Monnier.
Après 1832, Balzac cesse à peu près totalement de participer au journal, pour se consacrer presque exclusivement, peut-être sur les recommandations de Philipon lui-même, à la création de son œuvre.
Mais leur amitié ne prendra fin qu’à la mort du romancier, comme en témoigne la correspondance qu’ils ne cessèrent jamais d’échanger. Judicieusement conservé dans sa condition d’origine, l’exemplaire présente quelques défauts dus au temps, mais que l’on oublie bien volontiers devant une provenance si intéressante.
Dimensions : 219 x 139 mm.

Provenance :
Charles Philipon (1800-1862) ; Jules Le Roy (Cat., 1931, n° 31). Clouzot (H.), Guide..., 1953, p. 12 ; Carteret (L.), Trésor..., I, 1924, pp. 60-62 ; Pierrot (R.), Honoré de Balzac, Fayard, 1994, pp. 177-192 ; Sipriot (P.), Balzac sans masque, Laffont, 1992, pp. 183-184 ; Contensou (M., dir.), Balzac et Philipon associés : grands fabricants de caricatures en tous genres, Paris-Musées, 2001, passim.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.