Livres Choisis, Livres Maçonniques

vente live: jeudi 6 juin 2013 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Images du lot disponibles
20
Résultat
9,600 euros
Specialité
Autres thèmes
[MARANA (G. P.)].L’Espion dans les cours des princes chrétiens, ou lettres et mé...
[MARANA (G. P.)].
L’Espion dans les cours des princes chrétiens, ou lettres et mémoires d’un envoyé secret de la Porte dans les cours de l’Europe…
– Suite de l’Espion dans les cours… À Cologne – À Amsterdam, Erasme Kinkius – George Gallet, 1700 – 1731 – 1700 – 1699, 6 vol. in-8°, maroquin bleu nuit, filets dorés autour des plats, dos à nerfs ornés de pièces d’armes, tranches dorées (reliure de l’époque).

33 figures hors-texte en taille-douce dont 3 frontispices, 2 plans, 5 vues, dont une de Constantinople, 17 figures et 6 portraits. L’Espion turc, les premières Lettres persanes. Dans cette chronique par lettres, Marana fait découvrir et juger par un oriental l’histoire et les mœurs de l’Europe de son temps, et plus particulièrement de la France.
Il est ainsi le premier à utiliser le procédé littéraire du décalage de l’observateur issu d’une autre culture. Aucune d’entre elles n’échappe à la raillerie de l’auteur qui n’épargne ni les Turcs, ni les Arabes, ni la culture juive… ni les Français.
Montesquieu reprit cette forme pour ses Lettres persanes. Aucune bibliographie ne propose de classement des différentes éditions, qui sont très souvent composites, comme c’est le cas ici. Giovanni Paolo Marana (1642-1693), un auteur encore méconnu.
Peu d’informations nous sont parvenues sur ce Génois qui s’exila en France après avoir participé, en 1672, à une conjuration manquée destinée à faire passer la ville de Savone sous l’autorité de la maison de Savoie.
Auteur de plusieurs ouvrages, son nom reste attaché à ce « roman » épistolaire dont la fortune éditoriale fut considérable.
Précieux exemplaire aux pièces d’armes de Jeanne-Baptiste d’Albert de Luynes, comtesse de Verrue (1670-1736) qui fut poussée par Louis XIV dans les bras de Victor-Amédée II de Sardaigne, chef de la maison de Savoie.
L’exemplaire est bien conservé, malgré quelques petits défauts d’usage. Le dos du t. III présente quelques petites différences de décor.
Dimensions : 152 x 90 mm.

Provenance :
Jeanne-Baptiste d’Albert de Luynes (Cat., 1737, n° 193a : « L’Espion turc dans les cours des princes chrétiens… Cologne, 1700. 6 vol. in-12. Fig. mar. bleu. »).
Ayme (O.), « La Fortune littéraire de L’Espion du Grand Seigneur et ses relations secrètes de Giovanni Paolo Marana (1642-1693) » dans les actes non publiés du colloque Les Relations internationales à travers les traductions françaises au siècle de Louis XIV, Versailles, 4-5 déc. 2009 ; Coulet (H.), Le Roman jusqu’à la Révolution, p. 357 (« Ce procédé de démystification par dépaysement n’était pas nouveau : l’idée était suggérée dans Bayle […] et mis en œuvre dans un petit ouvrage de Catolendi, dans L’Espion turc de Marana. ») ; Quentin Bauchart (E.), Les Femmes bibliophiles, 1886, I, p. 429.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.