Livres d'un amateur

mercredi 10 juin 2015 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini 75009 Paris
Images du lot disponibles
49
Résultat
3,750 euros
Specialité
Autres thèmes
[BOISGUILBERT (P. Le Pesant de)]. Le Détail de la France, sous le règne présent…...

[BOISGUILBERT (P. Le Pesant de)]. Le Détail de la France, sous le règne présent… S. l. s. n., 1707, 2 parties en un vol. in-12 (276 et 264 pp.), veau fauve, armes au centre des plats, dos à nerfs orné d’un chiffre [CC] entrelacé couronné, tranches rouges (reliure de l’époque).


Édition la plus complète. Elle fut précédée par deux éditions publiées la même année, dans lesquelles le Supplément du détail de la France n’est pas compris dans la pagination. Ici, il occupe les pages 251 à 264 de la seconde partie. Le texte avait paru pour la première en 1695. Ouvrage important qui ouvre la voie à l’économie politique du XVIIIe siècle. Il constitue une première protestation contre le système économique de l’époque et une revendication de liberté pour le commerce et l’agriculture. Le Supplément est fondamental. Il est à l’origine de l’arrêté du 14 mars 1707 qui condamne le livre de Boisguilbert. L’édition originale de 1695 est rarissime et ne forme qu’un petit volume de 212 pages. « Boisguilbert [(1646-1714)] qui, en sa qualité d’administrateur, avait, comme son ami Vauban, une profonde connaissance des conditions de vie du peuple, était essentiellement un “humanitaire”. En dépit de ses sympathies pour le protectionnisme agricole, il avait renoncé à une large part du mercantilisme [tel que poussé à son paroxysme par Colbert (Bluche)]. Il attribuait la lenteur de l’accroissement de la population à la pauvreté générale qui avait elle-même pour cause le système fiscal et les entraves portées à l’activité économique… Comme Vauban, il a, en quelque sorte, anticipé sur la thèse de Malthus quant à la relation de dépendance entre le développement de la population et l’offre de produits alimentaires. Il entrait ainsi dans les vues des écrivains qui, après lui, ont réclamé des réformes agraires et un traitement humain pour les travailleurs, et acceptait la philosophie du “laissez-faire” des auteurs de la seconde moitié du XVIIIe siècle… » (Spengler). Exemplaire aux armes et au chiffre de Charles-Joachim Colbert de Croissy (1667-1738), neveu de Colbert. Second fils de Charles Colbert de Croissy, intendant d’Alsace et ambassadeur à Londres, Charles-Joachim fut, à partir de 1696, évêque de Montpellier. Il participa à fonder en 1706 l’Académie royale des sciences de la cité languedocienne. Exemplaire très bien conservé. Dimensions : 162 x 89 mm. Provenance : Charles-Joachim Colbert de Croissy. Barbier, I, 1882, col. 913-914 ; Kress, n° 2542 (pour l’une des éditions de 1707) ; INED, n° 581 (pour l’une des éditions de 1707) ; Frère, I, p. 121 ; Bluche, Dictionnaire du Grand Siècle, pp. 209-210 ; Spengler (J.), De Budé à Condorcet, PUF, 1954, pp. 43 et suiv. ; Lévy (Y.), Bibliothèque de philosophie politique et économie, 17 mars 2006, n° 42 ; Vignes (M.), Bibliothèque d’économie politique, 19 avr. 2002, n° 18 ; Olivier, pl. 1300 (variante) et fer n° 6.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.