Livres d'un amateur

mercredi 10 juin 2015 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini 75009 Paris
Images du lot disponibles
13
Résultat
2,125 euros
Specialité
Autres thèmes
FAUCHET (Cl.). Origines des dignitez et magistrats de France… – Origines des che...

FAUCHET (Cl.). Origines des dignitez et magistrats de France… – Origines des chevaliers, armoiries et héraux. Paris, J. Perier, 1606, 2 ouvrages en un vol. in-8°, vélin rigide, dos lisse, tranches lisses, traces de liens (reliure de l’époque).


Seconde édition ou édition originale avec titre de relais. Magistrat et historien, Claude Fauchet (1530-1602) fut nommé historiographe de France par Henri IV. Il fut l’un des tout premiers à utiliser les anciennes chroniques et les anciens auteurs français pour la rédaction de ses propres ouvrages. Précieux exemplaire de l’écrivain français et savoisien Honoré d’Urfé (1567-1625). Auteur de L’Astrée, le premier roman fleuve de la littérature française paru à partir de 1607 (plus de 5 000 pages réparties en 5 parties), Honoré d’Urfé fut aussi un homme d’action, proche de la Ligue catholique et du duc de Nemours, qui en fit son lieutenant-général. Après la défaite de la Ligue, il se retira à la cour du duc de Savoie. Proche de François de Sales, il fonda avec lui l’Académie florimontane, première société savante de Savoie. Les ouvrages connus provenant de sa bibliothèque ont été étudiés par Gilles Banderier et le groupe de recherche « Le Règne d’Astrée ». Il en a été dénombré 41, dont plusieurs sont conservés à la BNF (Réserve et Arsenal), ou dans les bibliothèques municipales de Dijon, Lyon et Besançon. Celui-ci, qui présente au verso du feuillet 47 une annotation de sa main : « Prior (?) », n’y est pas répertorié. Mention manuscrite sur la tranche inférieure. Dimensions : 165 x 105 mm.
Provenances : ex-libris manuscrit en pied du titre : « Ex-libris Honorati d’Urfe 1607 parisiis » ; Cesare Saluzzo, avec son ex-libris italien, repris au titre par la mention manuscrite « César de Saluces », écrivain, membre d’une ancienne famille savoisienne, il fut le fondateur de l’Académie militaire de Turin et présida dans le même temps l’Académie des Beaux-Arts de la ville. Sa bibliothèque était composée d’ouvrages choisis traitant autant de l’art militaire que de poésie et des beaux-arts... Il mourut en 1853.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.