Manuscrits et Autographes

Live Auction
starts: October 20, 2009 @ 02:00 PM
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Available lot photos
8
Estimation
2,500 - 3,000 euros
Speciality
Other specialist areas
Alexandre II. L.A., S.P. [Saint-Pétersbourg] Vendredi 16/28 février 1868 à 11 h....
Alexandre II. L.A., S.P. [Saint-Pétersbourg] Vendredi 16/28 février 1868 à 11 h. du soir (N° 45), à Catherine Dolgorouki, « Katia » ; 4 pages in-8 au chiffre N couronné.

« Je profite du premier moment libre, après ma confesse, pour te répéter, cher Ange de mon âme, que tout mon être déborde plus que jamais d'amour et de tendresse pour toi et que je ne puis que remercier Dieu pour tout le bonheur qu'Il m'a donné en toi et de m'avoir permis de t'aimer et de te faire cadeau de tout mon être »... Après un long passage en russe : « Oh ! merci, merci encore du fond de mon âme, pour tes chères lignes de tantôt, qui ont été un veritable beaume pour ce coeur qui t'appartient et ne respire que par toi et qui se sentait particulièrement triste. Ce qui l'avait augmenté encore c'est que je venais d'apprendre l'arrivée de la certaine personne de Riga [son ancienne maîtresse, la princesse Alexandra Dolgorouki], dont la présence ici est un veritable cochemar pour moi. Elle s'est déjà annoncée, mais heureusement pas à moi et on [la Tsarine] lui a fait dire de venir demain à midi 1/4. Oh ! plains moi de devoir recommencer à jouer une comédie de plus. [...] j'en ai même pleuré de désespoir. [...] Que Dieu te rende le bonheur que tu as toujours le talent de me donner par tes chères paroles et par toutes les preuves de ton amour dans toute ta manière d'agir avec moi depuis le 1 Juillet, jour qui a décidé de notre sort. [...] rien au monde ne nous arrachera l'un de l'autre. [...] Je vais encore prier pour nous et me coucherai en te serrant tendrement contre ton coeur. Demain pendant la messe nos prières et nos pensées seront de nouveau les mêmes. Que Dieu nous accorde une bonne communion ! » Il reprend sa lettre le lendemain matin avant d'aller à la messe : « Que Dieu ait pitié de nous et ne nous abandonne pas. Je te serre contre ton coeur ». En revenant de la messe, il lui redit que son coeur « t'appartient à tout jamais » et attend impatiemment de la revoir à 2 h. 1/2 et à 6 h.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.