Manuscrits et Autographes

Live Auction
starts: June 16, 2010 @ 02:00 PM
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Available lot photos
21
Estimation
1,500 - 2,000 euros
Speciality
Other specialist areas
Alexandre BERTHIER.3 L.S. (la dernière avec 6 lignes autographes, plus correctio...
Alexandre BERTHIER.
3 L.S. (la dernière avec 6 lignes autographes, plus correction et 6 mots de la main de Napoléon), 4-8 novembre 1808, au maréchal Lefebvre, duc de Dantzig ; 8 pages et demie in-4.
Bayonne 4 novembre.
Il transmet des reproches de l'Empereur concernant l'engagement d'une affaire avec le corps du général Blake, et l'absence de renseignements précis sur le nombre de troupes engagées de part et d'autre et sur l'interrogatoire des prisonniers pour savoir  le nombre des régimens qu'avoit le Gal Blake, la quantité & la nature de son artillerie, le nom des généraux.
Vittoria 6 novembre, l'Empereur est très fâché du faux mouvement de retraite de Bilbao :
 S.M. ne s'attendoit pas à cette faute capitale de la part d'un maréchal aussi zélé pour son service.
Il indique comment Lefebvre eut pu prendre 8 ou 10 mille prisonniers à l'ennemi.
S'il n'avait pas attaqué sans ordre, la campagne d'Espagne serait aujourd'hui bien avancée :
 S.M. trouve que c'est avec de pareilles dispositions qu'on perd l'avantage de ses succès.
8 novembre.
L'Empereur a été 24 heures sans avoir de nouvelles du maréchal :
 à la guerre, il est d'usage qu'on envoie au Quartier Général, un des officiers qui a eu part à une action intéressante.
Si vous en aviez envoyé un de la Divon du Gal Villatte, l'Empereur l'aurait interrogé ; tous les mouvemens de l'armée ont été arrettés par celui du Gal Villatte.
Il développe ces reproches et rappelle qu'aujourd'hui,  vous êtes la seule partie de l'armée qui soit offensive ; c'est sur vous que l'Empereur a les yeux, soit pour tourner l'ennemi, soit pour l'attaquer.
Il récapitule les mouvements du maréchal Victor ; Napoléon biffe trois lignes et écrit de sa main :
 il a l'ordre de se concerter avec vous ...
L'Empereur ordonne d'envoyer au quartier général des prisonniers intelligents, les lettres interceptées, des alcades des lieux ou il passera, et de tenir ses troupes dans de bonnes positions, et de se concerter avec le maréchal Victor pour contenir l'ennemi, puis le pousser.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.