Musique

lundi 19 octobre 2009 à 14h00
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009 Paris
Images du lot disponibles
24
Estimation
8,000 - 10,000 euros
Specialité
Autres thèmes
JOMMELLI Niccolo (Aversa 1714-Naples 1774). Manuscrit musical, Componimento dram...
JOMMELLI Niccolo (Aversa 1714-Naples 1774). Manuscrit musical, Componimento drammatico per le Felicissime Nozze di Luigi delfino di Francia, con la Principessa Ma Giuseppe di Sassonia...  ; un volume oblong in-4 de 151 feuillets, cartonnage papier marbré, étiquette de titre sur le plat sup. (dos déchiré).

Manuscrit complet de cette cantate solennelle réputée perdue, sur un livret de Flaminio Scarselli, jouée à Rome au théâtre Argentina le 15 juillet 1747. L'œuvre n'était connue jusqu'alors par son luxueux livret, illustré de gravures de Claude Gallimard d'après Pannini et imprimé à Rome (nella Stamperia di Antonio de' Rossi, 1747). La page de titre est ainsi rédigée : « Compnimento Drammatico / Per le Felicissime / Nozze / di Luigi delfino di Francia, con la Pricipessa Ma Giuseppe di Sassonia / da cantarsi / Per ordine dell'Emo sigr Cardinale de la Rocchefeucaold / Ministro di S.M. Cristianissima, Presso la santa sede / Musica / del sigr Nicola Jommelli Napolitano ». C'est à l'occasion du second mariage du fils de Louis XV, Louis, Dauphin de France (1729-1765), le 9 février 1747, avec Marie-Josèphe de Saxe (1731-1767), que le cardinal Frédéric-Jérôme de La Rochefoucauld (1701-1757), ambassadeur de France à Rome de 1745 à 1748, commanda cette partition au Napolitain Jommelli, jouée lors d'une luxueuse représentation immortalisée par un grand et superbe tableau de Giovanni Paolo Pannini conservé au Musée du Louvre, et une série de dessins du même au British Museum. (Voir le catalogue de l'exposition-dossier Pannini au Musée au Louvre en 1992 par Michael Kiene, nos 4-5, et son long et savant commentaire sur les circonstances de cette représentation, p. 33-46). La cantate met en scène quatre dieux : Pallade, Marte, Giove et Amore, et un double chœur (Coro di Amori). Pallas, déesse des Arts, se querelle avec Mars sur la suprématie des arts et de la guerre, mais Jupiter et l'Amour rétabliront l'harmonie pour contribuer tous ensemble à la force, la grandeur et la gloire de la France. Partition d'orchestre comprenant l'ouverture (n 3 mouvements : Allegro, Adagio et Allegro assai, ff. 1-13) et les deux parties (I, ff. 14-88 ; II, 89-151). La première partie commence par l'air de Mars : « Fra le stragi a miei seguaci »... (l'air de Pallas qui ouvre le livret ne semble pas avoir été mis en musique : « Perché da l'alta Reggia ») L'orchestre comporte violons, hautbois, trompettes (trombe), cors, violoncelles (viola) et basse, flûtes (flauti ou traversi).
Très belle copie sur papier fort, notée la plupart du temps sur 10 lignes, voire parfois 12, présentant quelques corrections. Elle est complète et comprend 22+16 cahiers numérotés.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies destinés au bon fonctionnement du site.